La nomination, lundi, de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est ‘’doublement symbolique’’, a réagi le Directeur du Commerce extérieur du Sénégal, Boubacar Mbodji. 

La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, 66 ans, a été nommée, lundi 15 février, première femme et première Africaine à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

’’Depuis la création de l’OMC et même de son ancêtre le GATT (Accords généraux sur le trafic et le commerce), c’est pour la première fois qu’une femme atterrisse à la tête de l’Organisation et qui est africaine. Et c’est pour la première fois qu’un Africain accède à ce poste. C’est doublement symbolique’’, a-t-il indiqué dans un entretien avec l’APS. 

M. Mbodji a estimé que l’arrivée des démocrates au pouvoir aux Etats-Unis qui ‘’sont beaucoup plus multilatéralistes’’ a été un avantage de taille pour la Nigériane.


’’Ce qui a permis de débloquer la situation. On espère que si les Etats-Unis jouent le jeu, cela peut contribuer à remettre l’OMC sur les rails. On peut espérer que les Etats puissent jouer le jeu du multilatéralisme. Il est à espérer que sur beaucoup de dossier les Etats-Unis feront preuve de compromis quand bien même, ils ne reviendront pas sur certaines décisions prise sous le régime de Donald Trump’’, a expliqué M. Mbodji. 

LIRE AUSSI  Ngozi Okonjo-Iweala, première femme à la tête de l’OMC

L’Afrique qui avait au départ quatre candidats pour le poste a joué en bloc, un atout qui s’est ajouté au profil de la Nigériane qui a fini par faire la différence, a t-il encore souligné.  

’’Elle a fait une campagne très agressive. Elle a fait des rencontres virtuelles avec les ministres du Commerce. Elle a exposé un programme. Elle aussi un profil qui parle pour elle. Elle a fait ses lettres de noblesse à la Banque mondiale et au niveau du gouvernement nigérian qui est une grande économie. L’Afrique peut s’estimée satisfaite de cette nomination’’, a ajouté M. Mbodji.

 L’Organisation mondiale du commerce s’occupe des règles régissant le commerce international. Alioune Kane Ndiaye, coordonnateur du Collectif des journalistes économiques du Sénégal (COJES), a également salué cette nomination. ’’Cette nomination, est l’aboutissement, le couronnement d’une carrière extrêmement riche de cette femme qui a dirigé à deux reprises, le ministère des Finances du Nigéria, la première puissance économique du continent Africaine et qui a occupé le poste de vice-président de la Banque mondiale’’, a t-il dit.

Avec l’Agence de Presse Sénégalaise

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet