« Lève-toi c’est décidé. Laisse-moi te remplacer. Je vais prendre ta douleur », chante Camille. Remplacer les traitements médicamenteux pour soulager les douleurs chroniques, c’est précisément le projet de Lucine, startup fondée en 2017 à Bordeaux par Aymeric Esperance et Maryne Cotty-Eslous. Parce que la douleur chronique, cette trentenaire énergique ne la connaît que trop bien:

« Je souffre à la fois d’endométriose et du syndrome Ehlers-Danlos, une maladie héréditaire qui entraîne des douleurs articulaires. J’ai toujours vécu avec la douleur dans mon corps et dans mes relations sociales », raconte-t-elle à La Tribune. « J’ai donc voulu comprendre pourquoi aucun médicament ne fonctionne réellement pour traiter ces maux malgré les progrès de la science et de la médecine. »

Cette interrogation va rapidement se muer en détermination et pousser Maryne Cotty-Eslous à suivre un double cursus de neurosciences et d’histoire des sciences à Bordeaux tout en dévorant la littérature scientifique canadienne sur la neurophysiologie.

La première « molécule numérique » pour soulager les douleurs chroniques

Et lorsqu’une séance d’hypnose lui permet de soulager ses douleurs pendant plusieurs jours, c’est le déclic quant à la pertinence de ce type d’approches encore peu courantes en France. « J’étais à six mois de terminer mon doctorat sur les neurosciences, les nouvelles technologies et les sciences d’adaptabilité quand j’ai décidé de l’abandonner pour me lancer à plein temps dans Lucine avec cette conviction profonde que j’avais raison de le faire mais que je ne m’explique toujours pas », se souvient-elle.

Quatre ans plus tard, Lucine emploie 40 salariés, affiche 1,3 million d’euros de chiffre d’affaires en 2020 et vient de boucler une levée de fonds de 5,5 millions d’euros. Un montant record dans ce secteur balbutiant des DTx, pour thérapies numériques (digital therapeutics), jusque-là habitué à des levées plus faibles et quasi-exclusivement aux Etats-Unis. Le principe ? Soulager la douleur grâce à votre smartphone, tablette ou ordinateur. « Nous voulons créer la première molécule numérique pour soulager des douleurs chroniques », affirme ainsi la fondatrice sans détour. Une molécule aussi voire plus efficace qu’un médicament traditionnel et disposant donc de la même prise en charge par l’Assurance maladie.

LIRE AUSSI  Citation tronquée: des policiers en colère contre Sibeth Ndiaye

Des stimuli qui déclenchent des réactions physiques, chimiques et hormonales contre la douleur

Concrètement, au lieu d’avaler un comprimé avec un verre d’eau, le patient sentant arriver une crise de douleur dégaine plutôt son smartphone. La suite, c’est Maryne Cotty-Eslous qui le raconte le mieux :

« Après avoir lancé l’application avec une authentification forte, le patient répond à quelques questions de détournement d’attention qui permettent au micro et à la caméra de mesurer la voix, l’intonation, le visage, la posture pour évaluer la nature et le degré de la douleur. Lucine choisit ensuite automatiquement les signaux les plus efficaces pour traiter ce type particulier de douleur en allant piocher dans plus de 200 éléments brevetés : sons, images, vidéos, lumières, procédures de respiration, réalité virtuelle, etc. Autant de stimuli qui vont déclencher des réactions physiques, chimiques et hormonales bien réelles qui permettent de réduire mécaniquement la douleur. Le tout sans accoutumance ni perte d’efficacité avec le temps contrairement aux traitements médicamenteux. »

Pour convaincre les plus sceptiques de l’efficacité et de l’innocuité de ce médicament d’un nouveau genre, la startup bordelaise entend se soumettre aux mêmes tests que n’importe quelle molécule chimique. « Les deux années qui viennent seront consacrées à la finalisation des preuves scientifiques de nos traitements avec des études cliniques menées sur plusieurs milliers de patients à l’échelle internationale, d’un standard équivalent aux études réalisées habituellement avant une autorisation de mise sur le marché », avance Maryne Cotty-Eslous, qui revendique déjà une efficacité supérieure à celle d’un médicament sur les premiers éléments de ces tests cliniques.

LIRE AUSSI  Macky SALL, le Président en phase avec les universitaires du Sénégal et de la Diaspora

Ce précieux feu vert est attendu dans le courant de l’année 2022 pour la prise en charge de l’endométriose et des douleurs féminines, avec un remboursement par l’Assurance maladie espéré dans la foulée. Pour l’autre solution ciblant la plupart des douleurs chroniques, quelle qu’en soit la cause, Lucine vise plutôt l’horizon 2024.

Pour la cheffe d’entreprise, ce prix « 10.000 startups pour changer le monde » est particulièrement précieux puisque remporté face à des concurrents solides du secteur des biotechnologies. « Notre ambition est bien de changer le quotidien des 25% de la population mondiale qui souffrent de douleurs chroniques ! », répond Maryne Cotty-Eslous, qui tient cependant à rester lucide sur Lucine malgré la levée de fonds et la reconnaissance croissante : « Rien n’est fait à ce stade ! Nous avons encore énormément de travail avant d’avoir un impact réel sur la souffrance de ces personnes et je ne veux surtout pas créer de faux espoir. »

——————————

Le prix 10.000 startups pour changer le monde est le plus grand concours de startups en France? Il est organisé par La Tribune en partenariat avec BNP Paribas, la Mission French Tech, Bpifrance, Business France, le cabinet de conseil en propriété intellectuelle Germain Moreau, Enedis, le secrétariat d’Etat à l’Economie Sociale et Solidaire et le ministère de l’Outre-Mer.

« 10.000 startups pour changer le monde » récompense depuis 9 ans les startups françaises les plus prometteuses dans six catégories qui incarnent les défis de demain : Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech -innovations d’usage-, Santé et Start -pépites en phase d’amorçage. Lors d’un tour de France entre janvier et mars dans 8 métropoles françaises (Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris, Strasbourg et Lille), son jury d’experts et de journalistes a récompensé dans chaque région 6 startups, une par catégorie, soit 48 lauréats régionaux.

Ces gagnants se sont affrontés en finale le 15 mars en Paris, pour désigner parmi eux 8 grand prix nationaux : un par catégorie, ainsi qu’un prix Coup de Coeur et un prix Impact. Un 9è prix a également été décerné à une startup des Outre-Mer, parmi quatre finalistes primés à La Réunion et en Guadeloupe. Les 9 prix ont été remis le 29 mars 2021 au Grand Rex de Paris. Après sa victoire lors de la sélection régionale de Bordeaux, Lucine est le grand lauréat national dans la catégorie Santé.

Pierre Cheminade, La Tribune

LIRE AUSSI  Révélations sur la disparition de Diary Sow

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet