Le ministère de l’économie numérique et des télécoms veut se positionner en bouclier pour renforcer la protection des enfants en ligne. C’est dans ce cadre qu’un atelier de formation sur « la protection des enfants en ligne » au profit des acteurs des médias s’est tenu à Thiès ce jeudi 08 novembre.

Au Sénégal, la population dont la tranche d’âge est de 15 à 24 ans, représente  le groupe d’âge le plus connecté mais également le plus vulnérable face aux problèmes de cybersécurité.

Conscient de la situation, le Sénégal a adopté en 2018, un plan d’actions national sur la Protection des Enfants en Ligne (PEL) pour assurer l’équilibrage de leur protection dans le monde numérique avec comme devoir de les responsabiliser par l’utilisation du mobile et des TIC.

C’est pourquoi, « la protection des enfants en ligne » devrait être un domaine d’intervention majeur pour l’industrie des Technologies de l’Information et de la communication (TIC) en Afrique » selon Yankhoba Diatara. Le ministre des télécoms présidait un atelier en marge de la session de formation des élèves sur le développement d’applications mobiles avec comme thème « la sécurité des enfants en ligne », au Lycée Malick SY de Thiès.

LIRE AUSSI  Cyberattaques et kidnapping des données : comment protéger les organisations des rançongiciels ?

Pour relever le défi, des actions doivent être menées. Devant la presse, Yankhoba Diattara soutient qu’il faudrait-il d’abord régler la question de la souveraineté numérique du pays.

« C’est cela que le Président de la République a compris en investissant d’énormes moyens pour nous procurer des infrastructures modernes telles que le Data Center de Diamniadio, le Parc des Technologies numériques (PTN), la baisse du coût du nom de domaine « .SN », entre autres projets d’envergure. Ces investissements permettront de faire du Sénégal un pays numériquement sûr, numériquement fort et numériquement prospère  » a t-il ajouté.

Pour lui, les investissements ont déjà commencé à porter leurs fruits.

En mai prochain, rassure-t-il, le Président procédera à l’inauguration du Data Center de Diamniadio.

« A la fin de l’année nous réceptionnerons la première phase du PTN. Si nous réussissons à «stocker nos données par nous-mêmes et pour nous-mêmes », nous réussirons à coup sûr à protéger nos enfants des dérives sur internet. Mieux, nous les aiderons à en faire un usage responsable avec des innovations et des créations qui pourront compétir avec les autres enfants du monde dans le secteur du numérique. » a-t-il affirmé.

LIRE AUSSI  L'Invité de la Rédaction - Ousmane Thiongane, conseiller spécial du Président de la République

La mise en œuvre du plan d’actions national sur la Protection des Enfants en Ligne s’articule autour de six (06) piliers :  Politique et gouvernance, Justice,  Société,  Médias et Communication,Victimes, FAI (Fournisseurs d’Accès à Internet) et Industrie

« A terme, sa mise en œuvre permettra de sensibiliser les enfants, les parents, et tous les acteurs concernés, mais aussi de mettre en place des dispositifs techniques pour une meilleure prise en charge des victimes » a conclu le ministre des télécoms.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet