Les lauréats du Concours général sénégalais seront célébrés aujourd’hui, mardi 17 août 2021, au Grand Théâtre Doudou Ndiaye Coumba Rose de Dakar. Comme d’habitude, la cérémonie sera présidée par le Chef de l’État, Macky Sall. Cette édition a pour parrain le Pr Souleymane Niang, éminent mathématicien, ancien Recteur de l’Ucad.

 

Cette année, la tradition sera encore respectée, comme depuis plus de 50 ans. Les meilleurs élèves du pays seront fêtés, demain, mardi 17 août,  devant la Nation, en présence du Président de la République, Macky Sall. Toutefois, cette édition va se dérouler dans un contexte particulier de la Covid-19, marqué par la propagation du virus Delta, dans le pays. Des mesures strictes sont prises pour annihiler cette propagation du virus, explique Papa Kandji, Directeur de l’enseignement moyen secondaire général. Ainsi, la salle qui compte 1.800 places ne recevra que le tiers de sa capacité, soit 600 personnes. Les participants seront séparés par 2 chaises. À l’entrée, des kits comprenant deux masques et une bouteille de gel, seront remis à chaque personne. Il n’y aura pas de contact entre le lauréat et l’autorité qui remettra le diplôme. Le parchemin sera posé sur un plateau par l’hôtesse puis récupéré par le récipiendaire avant la photo de famille avec l’autorité en respectant la distanciation physique. Un peu à l’image de ce qui a été fait lors des cérémonies de remises de médailles aux jeux olympiques.

LIRE AUSSI  Éducation : L’incapacité du numérique face à la COVID-19

Cette année, le Chef de l’État a choisi, comme parrain, le Pr Souleymane Niang, ancien doyen de la Faculté des sciences et techniques (Fst) de 1969 à 1986 et ancien Recteur de 1986 à 1999. Souleymane Niang, grand mathématicien, considéré par certains comme étant un « savant », tant sa connaissance dans cette matière était vaste, notamment en astronomie. Né à Matam en 1931, il a laissé une œuvre scientifique immense. Recteur, il a été un « militant d’une université de développement au cœur des questions nationales, africaines et internationales », témoigne l’ancien Ministre de l’Éducation nationale, le professeur et historien, Kalidou Diallo. C’est à ce « génie » connu pour son charisme et son leadership que le Chef de l’État a décidé d’offrir en exemple à ces élites de demain. Cette année, 96 lauréats recevront 107 distinctions, précise M. Kandji.

Une tradition vieille de 55 ans

Le Concours général sénégalais a été institué par le décret n°61-213 du 30 mai 1961 par le Président de la République d’alors, Léopold Sedar Senghor. Mais, la première cérémonie ne fut organisée qu’en 1966, à la veille du Festival mondial des arts nègres, compte tenu de beaucoup de vicissitudes et d’aléas politiques. Il a connu un premier arrêt en 1968-1969, suite à la crise scolaire et universitaire. En 1970, les compétitions ont repris. Depuis, la tradition républicaine est respectée. Chaque année, de jeunes cracks sont sélectionnés et fêtés pour instaurer le « culte de l’excellence et de la citoyenneté », pour reprendre les propos du Président Macky Sall. Le concours a enregistré une deuxième pause en 2020 du fait de la Covid-19.

LIRE AUSSI  Populisme intellectuel et confinement universitaire

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet