Le pamphlet, le blasphème, les gros mots et les petites phrases constituent avec l’insulte autant de modes d’expression qui montrent que la communication politique ne s’épuise pas dans les beaux discours, l’éloquence verbale, la rhétorique convenue et le politiquement correct dans l’acoustique des éléments de langage.

Avec l’ère du numérique, l’insulte comprise comme « axiologique négatif », trouve un cadre idéal d’expression politique à la fois très attractif et fort problématique, en raison notamment des possibilités de contournement des logiques d’endiguement juridique et de containment médiatique de la parole considérée comme « vulgairement dissidente ». Ironiquement, l’injure n’est pourtant pas seulement le fait de citoyens marginaux anonymes, isolés et non maîtrisables abusant de manière inadéquate, excessive et indécente de leur liberté d’expression et de protestation.

Elle est également le fait de hauts responsables politiques, marabouts, artistes, journalistes et célébrités dont les « dérives langagières » sont diffusées et partagées sur les réseaux sociaux. Elle devient ainsi le résultat d’une planification partisane, voire officielle, pour discréditer toute adversité politique. Il en ressort, dans les ateliers des partis et mouvements politiques, une initiation discursive et technologique de militants recrutés, entrainés et affectés à cette politisation de l’insulte, conformément à une stratégie d’occupation des espaces numériques où se jouent les enjeux politiques de la réputation, de la transgression et de la légitimation. Au-delà du dégoût politique, des indignations morales et des menaces judiciaires, l’insulte doit être analysée froidement comme un discours politique heuristiquement fécond qui contribue aujourd’hui à la tentation étatique de mettre des barrières moins juridiques que techniques pour en neutraliser les effets politiques fortement appréhendés.

LIRE AUSSI  "Cybersécurité, moteur de la transformation digitale", thème de la 3e édition de l’AfricaCSC 2018

PAR IBRAHIMA SILLA

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet