Avec le web tout est possible. Il suffit d’avoir un ordinateur connecté à internet. Différents choses vous sont accessibles en ligne, néanmoins, n’oubliez pas que l’endroit le plus propice pour mener des arnaques. Un garçon originaire du Lincolnshire (Royaume-Uni) a réussi à escroquer des dizaines de victimes grâce à un faux site.

Pour faire passer le temps lors du premier confinement, un adolescent britannique a décidé de mettre à profit ses talents en informatique. Comme le raconte Lincolnshire Live, le jeune homme a commencé en créant, dans sa chambre, en avril 2020, un faux site, presque identique au site officiel de Love2shop, qui vend des chèques cadeaux. Il a ensuite payé pour être mieux référencé que l’original par Google. Le début des ennuis pour des dizaines de personnes.

Pensant acheter des chèques cadeaux, des internautes ont rentré leurs adresses, e-mails et les détails de leur compte Love2shop sur ce faux site. L’adolescent a alors utilisé les données recueillies pour convertir 6.500 livres de bons d’achat et les transférer sur son propre compte. Au bout d’une semaine, le jeune arnaqueur a supprimé son faux site, alors que Love2shop lançait une enquête après une plainte.

LIRE AUSSI  Légalisation du Bitcoin par le Salvador : le FMI met en garde les Etats

Au cours des investigations, les enquêteurs ont découvert dans l’ordinateur du jeune garçon plus de 12.000 numéros de cartes de crédit et 197 comptes PayPal. Il aurait reçu, entre janvier et mars 2020, près de 323.000 livres. Une somme qu’il a ensuite échangée en cryptomonnaies. Lors des perquisitions, les policiers ont découvert 48 bitcoins, ainsi que d’autres monnaies numériques. « À l’époque, ils valaient 200.000 livres. Ils valent maintenant un peu plus de deux millions de livres (environ 2,5 millions d’euros) », ont indiqué les autorités, citées par Lincolnshire Live.

Aujourd’hui âgé de 17 ans, le jeune homme, poursuivi pour blanchiment d’argent et fraude, a reconnu les faits. Il a été condamné par la Lincoln Crown Court à un stage de réadaptation de douze mois, sous surveillance, ainsi qu’à des travaux d’intérêt général. La justice a également saisi les 2.141.720 livres.

Avec Capital