dimanche, novembre 27, 2022

La désagrégation des données statistiques, une nécessité

0 commentaire

Pour une prise en compte de la question genre dans les politiques des Etats, il est nécessaire d’avoir des données statistiques désagrégées. Selon le Pr Allé Nar Diop, directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), cela va permettre d’avoir un ciblage très fin afin de prendre en compte les préoccupations des femmes et des filles.

 

«Les données statistiques désagrégées permettent de mieux prendre en compte la question genre dans les investissements.» C’est l’avis du Pr Allé Nar Diop, directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Il présidait hier, mercredi 21 septembre 2022, un atelier régional sur les Ecosystèmes des données prenant en compte la dimension genre en Afrique.

Selon lui, dans l’entreprenariat féminin, ces données aident à voir comment assister les femmes dans les stratégies d’investissement. Il a rappelé qu’au Sénégal, la troisième stratégie de développement de la statistique inclut un aspect genre dans la production des données. Il signale que plusieurs projets sont en train d’être mis en œuvre avec plusieurs partenaires notamment Onu Femmes sur cette problématique où il est question de créer un écosystème de données qui prend en compte la dimension genre. «Plusieurs activités multipartites d’enquêtes, par exemple sur l’utilisation du temps qu’on a eu à exécuter cette année, permettent de mieux prendre en compte la question genre. Au-delà de cela, dans la production quotidienne de statistiques au niveau de l’Ansd, nous prenons cet aspect en compte pour pouvoir désagréger les données», a fait part le Dg de l’Ansd.

Pour sa part, Johannes Jutting, représentant de Paris21 (Partenariat global pour promouvoir les statistiques), mise sur les plans statistiques pour arriver au développement de nos pays. «Les plans statistiques sont mis en place pour aider les Plans nationaux de développement. Si dans les plans statistiques, il y a une attention plus particulière sur les questions de genre, cela va se transformer dans les plans de développement des pays», soutient-il.

 

Ndèye Aminata CISSE, Sud Quotidien