mardi, février 7, 2023

Programme «100 Jeunes Espoirs»  : A la découverte de Bocar Sène, l’ingénieur agronome qui parle à la terre

0 commentaire

« Reconnaitre le mérite de ces jeunes qui font l’excellence sans grand-chose » telle est la mission du programme « 100 Jeunes Espoirs ». A cet effet, 100 jeunes sénégalais porteurs de projets ont été nominés pour faire valoir des initiatives entrepreneuriales  sans attendre rien ni personne et qui contribuent aujourd’hui à créer des opportunités pour d’autres jeunes et à donner vie à leurs communautés.

Reconnaitre le mérite de ces jeunes entrepreneurs passe aussi par la promotion de leurs projets. Il s’agit dans cette quatrième phase du programme, de promouvoir et de valoriser les initiatives entrepreneuriales des jeunes enrôlés dans l’aventure « 100 Jeunes Espoirs ».
Ainsi, l’équipe de Parole Aux Jeunes accompagnée du parrain d’honneur M. Mabingué Ngom Conseiller principal du directeur exécutif de l’UNFPA et Directeur du bureau de représentation de l’UNFPA auprès de l’Union Africaine, en congé à Dakar, et Mme Khadydiatou Ndiaye / Head of RH chez JUMIA Sénégal et ambassadrice du programme se sont déplacés le 27 Décembre 2022, à la ferme située à Pout dans la région de Thiès, pour aller à la rencontre du jeune nominé Bocar SENE, porteur du projet GPS Agricole.

J’ai osé l’entreprenariat pour ne pas être enfermé dans la routine

Bocar SENE, cet ingénieur agronome qui se définit comme « une personne « rebelle” et qui n’aime pas être enfermé dans du classique” a toujours su qu’il était fait pour l’entreprenariat et non pour un travail dans l’administration. C’est ainsi que, de retour au pays, après ses études, il a lancé GPS agricole qui s’est donné comme mission d’accompagner les entrepreneurs agricoles à développer des techniques et pratiques de bases pour conduire leurs projets.

Au-delà de ce travail de consultance, GPS Agricole met aujourd’hui son expertise dans une exploitation de 10 hectares équipée de machines et de systèmes d’exploitation agricole de dernière génération et qui est essentiellement destinée à la production agricole et à l’élevage.
« Notre ferme s’active tout au long de l’année dans la production maraîchère, fruitière, la production de grandes cultures comme le maïs, mais aussi dans transformation de ces produits. Même si les travaux d’installation sont en cours, nous réservons aussi une grande place à l’élevage avec des projets en aviculture, en pisciculture et en élevage de bovins »  soutient  Bocar,  porteur du projet.

GPS Agricole par et pour la communauté

La ferme se veut une exploitation qui nourrit et participe à créer des opportunités pour la communauté. Ainsi, ils ont mis en place un système de distribution qui va du producteur directement vers le consommateur sans pour autant faire intervenir les commerçants et « Bana-Bana » qui surenchères les prix à certaines périodes. Un réseau a  été mis en place avec des magasins de quartiers dirigés par des femmes et des jeunes où, environs 30 à 40% des produits de la ferme sont stockés pour être directement vendus  aux ménages à des prix très accessibles.

Par ailleurs, la ferme fait travailler essentiellement des jeunes et des associations de femmes pour favoriser leur autonomisation financière. « Nous avons fait le choix de travailler essentiellement avec les jeunes et les femmes car nous voulons leur donner l’opportunité de travailler et de générer eux-mêmes, leur ressources. Cela les aide à prendre en charge eux-mêmes la plupart de leurs besoins et à ne dépendre de personne »  ajoute l’entrepreneur.

Programme «100 Jeunes Espoirs»  : A la découverte de Bocar Sène, l'ingénieur agronome qui parle à la terre

Programme «100 Jeunes Espoirs»  : A la découverte de Bocar Sène, l’ingénieur agronome qui parle à la terre

C’est ainsi que lors de la visite, nous avons trouvé sur place, une équipe de jeunes essentiellement venus du Mali et qui travaillent  de manière continue dans la ferme et un groupe de femmes qui habitent dans les quartiers environnant et qui sont recrutées et payées à la journée pour faire le repiquage de la prochaine campagne d’oignons. « Notre équipe de jeunes est essentiellement composée de Jeunes maliens car, nous avons du mal à stabiliser les jeunes de notre communauté. Nous leur avons tendus la perche plusieurs fois, mais pour la plupart, ils préfèrent travailler par saison ou de manière journalière. Vu que nous avons besoin d’une équipe permanente vu le charge de travail à la ferme, nous avons ainsi dû nous tourner vers les jeunes maliens qui eux, acceptent des postes permanents tout au long de la saison» nous explique Bocar.

Une application au secours des entrepreneurs agricoles

Dans le cadre du défi « Oser Innover Ensemble lancé dans le cadre du programme 100 Jeunes Espoirs » Bocar et son binôme ingénieur en logiciels ont fait le choix de travailler sur une application qui va guider dans l’organisation de tâches agricoles pour l’augmentation de l’efficacité et de la productivité des agriculteurs.

« L’idée est venue quand nous avons fait le constat que beaucoup de projets agricoles échouent ou n’atteignent pas leur maturité,  car les producteurs manquent de connaissances et d’informations sur les techniques et pratiques agricoles à adopter tout au long de sa production. Ainsi, nous avons décidé de tracer les parcours de tourte la pratique en commençant d’abord par le plus crucial à savoir l’étude du type de sol avant de démarrer son projet » dit-il.
Il va ainsi développer cette application qui va proposer des solutions créatives visant à développer des outils et stratégies innovants destinés à accroître les revenus des producteurs et à amélioration leurs produits et services.