vendredi, février 3, 2023

Fact-Checking : Facebook étend son programme en Éthiopie, Burundi et au Mali

0 commentaire

 En partenariat avec PesaCheck, Facebook a annoncé l’extension de son programme de vérification des faits par des tiers à trois pays supplémentaires, à savoir l’Éthiopie, le Burundi et le Mali qui rejoignent les 15 pays d’Afrique subsaharienne où le programme est actif.

Cela s’intègre au travail continu de Facebook pour aider à évaluer l’exactitude et la qualité des informations que l’on trouve sur la plateforme, tout en réduisant la diffusion de fausses informations.

En Ethiopie, au Burundi et au Mali, les articles mais aussi les photos et les vidéos seront vérifiés par PesaCheck, une organisation certifiée par le réseau international IFCN (International Fact-Checking Network). Une fois que Pesa Check aura vérifié les faits d’un article, le travail de vérification sera affiché dans la section Articles connexes, immédiatement en dessous de l’article concerné dans le fil d’actualité. Les administrateurs de la page et les utilisateurs de Facebook recevront également une notification s’ils tentent de partager un article ou en ont déjà partagé un dans le passé qui a été qualifié de faux, ce qui permet à chacun de décider de ce qu’il veut lire ou partager.

Lire aussi l’article : Fact-Checking : Facebook étend son programme à 10 pays supplémentaires en Afrique Subsaharienne

Selon Kojo Boakye, Directeur des affaires publiques de Facebook pour l’Afrique sub-saharienne : « Combattre la diffusion de fausses nouvelles sur Facebook est une responsabilité que nous prenons au sérieux. Nous sommes heureux que notre programme de vérification des faits par des tiers couvre désormais l’Éthiopie, le Burundi et le Mali. Le programme est désormais actif dans 18 pays d’Afrique subsaharienne ce qui démontre notre engagement continu envers le continent africain.”

Pour Eric Mugendi, rédacteur en chef de Pesa Check  « Pesa Check est ravi d’étendre son partenariat de vérification des faits avec Facebook. Jusqu’à présent, notre travail au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie a donné de réels résultats positifs dans nos interactions avec les éditeurs et le public. Nous avons bon espoir d’obtenir les mêmes résultats en Éthiopie, au Burundi et au Mali. Ce projet permettra également à nos vérifications de faits d’atteindre un public beaucoup plus large, ce qui nous permettra de contribuer à freiner la diffusion de fausses informations en Afrique.”

En octobre de l’année dernière, Facebook avait annoncé l’extension de son programme de vérification des faits par des tiers à dix pays d’Afrique subsaharienne, en plus des cinq déjà couverts. L’expansion d’aujourd’hui porte à 18 le total des pays d’Afrique subsaharienne où le programme a été déployé.