Stellantis, issu de la fusion entre les constructeurs automobiles PSA et Fiat Chrysler, et le taïwanais Foxconn ont annoncé mardi la création de Mobile Drive, une co-entreprise spécialisée dans les technologies numériques pour le développement des voitures connectées.

Les deux sociétés ont signé un protocole d’accord non contraignant pour créer cette JV à 50-50 basée aux Pays-Bas qui développera des services d’infotainment (informations et divertissement), de télématique et de « cloud » (informatique dématérialisée).

Au cours d’une téléconférence de presse, le directeur général de Sellantis, Carlos Tavares, a indiqué que ce partenariat constituait une brique du futur plan stratégique du nouveau groupe, attendu fin 2021 ou début 2022.

« C’est un ‘must’ de notre direction stratégique future », a-t-il dit.

La coopération dévoilée mardi semble toutefois moins large qu’attendu vu que Fiat Chrysler, maintenant partie intégrante de Stellantis, avait annoncé l’an dernier un projet de co-entreprise avec Hon Hai Precision Industry, la maison-mère de Foxconn, pour construire des voitures électriques et développer des véhicules connectés via internet en Chine.

Le nouvel accord avec Foxconn ne répond pas non plus aux questions entourant la stratégie de rebond de Stellantis en Asie, talon d’Achille de l’ex-PSA et de l’ex-FCA, avec moins de 3% du chiffre d’affaires du groupe.

LIRE AUSSI  Sénégal: Un Observatoire national des Sciences, des technologies et de l’innovation pour la riposte contre la COVID-19

« Mobile Drive associera l’expertise mondiale de Stellantis en matière de conception et d’ingénierie automobiles à la capacité de développement mondial de Foxconn, entreprise reconnue dans le domaine en constante évolution des logiciels et du matériel pour smartphones et de l’électronique grand public », ont dit les deux groupes dans un communiqué commun.

Le cockpit des voitures a longtemps été une prérogative exclusive des constructeurs automobiles, mais un nombre croissant d’entre eux signent désormais des partenariats avec des sociétés technologiques pour pouvoir proposer des environnements d’infotainment plus modernes.

Renault, par exemple, inaugurera l’an prochain sur sa nouvelle Mégane un cockpit développé avec Google.

ACCÉDER PLUS VITE À UNE NOUVELLE EXPERTISE

Difficile pour les constructeurs automobiles, déjà engagés dans une course à l’électrification, d’investir également massivement sur le front de la technologie embarquée. Yves Bonnefont, directeur des logiciels de Stellantis, a expliqué la décision de créer la JV avec Foxconn par la nécessité d’aller vite et d’accéder à la meilleure expertise disponible.

Les termes financiers du partenariat n’ont pas été rendus publics.

Mobile Drive jouera le rôle de fournisseur de systèmes de logiciels et de hardware associé à la fois pour Stellantis et pour d’autres constructeurs intéressés, ajoute le communiqué.

LIRE AUSSI  Iwaria - l'Afrique dispose désormais de sa plus grande banque d’images gratuites pour vos articles

Les logiciels développés inclueront des applications d’intelligence artificielle, de communication 5G, de services mis à jour à distance et d’e-commerce, le tout intégré de manière la plus intuitive possible dans le cockpit du futur et avec le reste du véhicule.

Pour Foxconn, l’assembleur taïwainais de l’iPhone d’Apple, cet accord vient s’ajouter à plusieurs partenariats déjà conclus avec des constructeurs automobiles.

Foxconn et le chinois Zhejiang Geely Holding Group ont annoncé en janvier un accord pour fournir des activités de fabrication en sous-traitance aux constructeurs automobiles, parmi lesquels Faraday Future, spécialisé dans les véhicules électriques.

Foxconn aidera aussi à la production de SUV électriques pour la start-up chinoise Byton en 2022 et ouvrira avec le fabricant de voitures électriques Fisker une usine aux Etats-Unis en 2023.

(Gilles Guillaume, Nicolas Delame et Bertrand Boucey, avec Agnieszka Flak et Giulio Piovaccari à Milan et Nick Carey à Londres, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Reuters

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet