dimanche, novembre 27, 2022

Les pays africains doivent s’opposer aux mesures de la COP27 qui empêchent l’Afrique d’utiliser pleinement ses combustibles fossiles

0 commentaire

Je vais à la COP27 parce que je crois que si l’Afrique n’est pas sur la table, elle sera au menu. Soyons clairs, ceux d’entre nous qui plaident pour que les pays africains continuent d’utiliser leurs ressources pétrolières et gazières ne sont pas en train d'”ignorer” l’agenda vert mondial – nous ne sommes tout simplement pas prêts à adopter le calendrier mondial de transition vers les carburants renouvelables au détriment de notre propre sécurité énergétique et de notre bien-être économique.

À notre avis, l’agenda vert des nations riches du monde ignore l’Afrique – ou du moins, il ne tient pas compte de nos besoins, priorités et défis uniques.

L’agenda vert des nations développées ignore en outre le rôle considérable que joue l’industrie pétrolière et gazière africaine dans la génération des revenus des pays africains. Les revenus pétroliers représentent au moins 20 % du PIB en Libye, en Algérie, au Gabon, au Tchad, en Angola et en République du Congo. Au Nigeria, l’un des principaux producteurs de pétrole en Afrique, le pétrole représente un pourcentage plus modeste du PIB réel – environ 6 % – mais le pétrole et le gaz représentent 95 % des recettes en devises et 80 % des recettes publiques.

L’agenda vert des nations riches ignore ceux d’entre nous qui soulignent que le gaz naturel a le potentiel d’apporter une prospérité qui change la vie du continent sous forme d’emplois, d’opportunités commerciales, de renforcement des capacités et de monétisation. Il ignore la voie durable et logique que nous proposons, qui consiste à utiliser nos ressources, le gaz naturel en particulier, pour nous aider à répondre aux besoins actuels et à générer des revenus qui peuvent contribuer à payer notre transition vers les énergies renouvelables.

Le programme vert des nations riches ne tient pas compte du fait que l’Afrique a besoin de gaz naturel pour fournir de l’électricité au nombre croissant d’Africains qui en sont privés. Ils ne comprennent pas que nous, Africains, nous concentrons sur l’élargissement du mix énergétique de l’Afrique pour y inclure des combustibles fossiles et des énergies renouvelables, au lieu d’insister sur une approche du tout ou rien pour notre transition énergétique.

Environ 600 millions d’Africains n’avaient pas accès à l’électricité avant la pandémie ; et il semble que ce chiffre soit en augmentation. Selon l’Agence internationale de l’énergie, au cours de l’année 2020, certains progrès en matière d’accès à l’électricité ont été annulés, et pas moins de 30 millions de personnes qui avaient auparavant accès à l’électricité n’ont plus les moyens de se la procurer.

Si l’on considère que l’accès universel à une électricité abordable et fiable est l’un des objectifs de développement durable des Nations unies – ce qui signifie qu’il s’agit d’un droit humain fondamental – le nombre considérable et croissant d’Africains privés d’électricité est moralement inacceptable et ne peut être ignoré.

Malheureusement, la panique climatique et l’alarmisme sont bien vivants et, pour une raison quelconque, l’Afrique est l’ennemi public numéro un. Un continent qui émet une quantité négligeable de dioxyde de carbone, tout au plus 3 % du total mondial, est considéré de manière disproportionnée comme une menace pour la planète par les nations développées.

En particulier, l’Occident vilipende l’industrie énergétique africaine parce qu’elle est basée sur les combustibles fossiles, même si la part des énergies renouvelables est en augmentation.  Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de ce sentiment anti-pétrole et gaz africain est fondé sur la peur du changement climatique, à laquelle s’ajoute la terreur pure et simple qu’un boom des combustibles fossiles en Afrique pourrait être dévastateur pour le monde entier.

L’Afrique est vulnérable au changement climatique.

Il est indéniable que le changement climatique affecte l’Afrique. Il suffit d’observer la sécheresse prolongée qui sévit dans le sud pour voir à quel point les choses peuvent être dévastatrices lorsque les schémas météorologiques habituels sont perturbés.

Le fait est que l’Afrique est touchée par une crise qu’elle n’a PAS créée elle-même. Si le fait de ne contribuer qu’à 3 % des émissions mondiales peut provoquer des problèmes tels que ceux que nous observons en Somalie, par exemple, les nations du monde qui produisent beaucoup plus de gaz à effet de serre devraient déjà être asséchées, submergées, soufflées ou brûlées.

Considérez ceci : L’éminent militant américain pour le climat Bill McKibben a déclaré que le monde ne pourra pas lutter contre le changement climatique si Total Energies et l’Ouganda vont jusqu’au bout de la construction de l’oléoduc pour le pétrole brut d’Afrique de l’Est. Oui, selon McKibben, cette seule action fera dérailler l’ensemble du programme de réduction des émissions de carbone et annulera tout ce que les autres pays du monde font pour atteindre un niveau net zéro. C’est ridicule, n’est-ce pas ?

Ce qui est encore plus perplexe – ou peut-être même farfelu – c’est que McKibben s’en prend à un oléoduc qui ne transportera que 210 000 barils de pétrole par jour. C’est à peu près l’équivalent de 1,8 % de la production totale des États-Unis, mais il prétend qu’il faut l’arrêter, sinon tout s’écroule. Quel est l’intérêt de tout effort en faveur du climat, où que ce soit, s’il peut être réduit à néant par un oléoduc relativement petit qui pourrait en fait être une bouée de sauvetage dans l’une des nations les plus pauvres du monde ?

Mais définissons ce qui constitue véritablement un boom en Afrique. 

La consommation d’énergie sur le continent est encore très faible. Si faible, en fait, que des chercheurs écrivant dans le magazine Foreign Policy estiment que si le milliard de personnes vivant en Afrique subsaharienne triplait son électricité en utilisant du gaz naturel, les émissions supplémentaires ne représenteraient que 0,62 % du dioxyde de carbone mondial.

La consommation d’énergie sur le continent est si faible que l’Africain moyen consomme moins d’électricité par an que le réfrigérateur d’une famille américaine entière.

Dans le même temps, les auteurs Todd Moss et Vijaya Ramachandran, de l’Energy for Growth Hub, affirment que le monde surestime largement la quantité de gaz naturel que l’Afrique produira d’ici 2030. Ils citent une étude publiée dans Nature Energy qui affirme que les prévisions de production de gaz en Afrique de l’Ouest sont cinq fois supérieures au nouveau potentiel gazier de la région. De toute évidence, l’étude comporte des erreurs mathématiques.

Nous devons nous demander : Le développement des combustibles fossiles en Afrique marquera-t-il la fin de toutes les bonnes intentions et de toutes les ambitions “net zéro” du monde ?  Ou s’agit-il d’un exemple de “colonialisme vert” ?

Je trouve intéressant qu’un sondage réalisé par le Financial Times, le jour où il a annoncé que j’allais organiser un débat de style Oxford sur cette question, suggère que les gens ne sont pas du tout convaincus que les pays africains doivent abandonner le pétrole et le gaz – 70 % des 619 personnes interrogées ont adopté ma position selon laquelle l’Afrique doit utiliser pleinement ses combustibles fossiles.

Comment construire un mouvement africain pour l’énergie qui soit une réussite ?

Je crois que la responsabilité ultime pour y parvenir est la nôtre et celle de personne d’autre. Oui, nous avons besoin de partenaires pour nous accompagner, mais le succès de notre mouvement énergétique repose sur les épaules des Africains. Pour commencer, je suis heureux de voir les acteurs africains de l’énergie parler d’une voix unifiée sur les objectifs de l’industrie énergétique africaine grâce à la Semaine africaine de l’énergie. La Semaine africaine de l’énergie a tout fait pour diviser nos voix, mais nous avons tenu bon et nous avons rassemblé l’Afrique en amont, en milieu et en aval, et nous avons signé des accords lors de la Semaine africaine de l’énergie.

Cela sera particulièrement important à l’approche de la COP27 en Égypte. Il est impératif que les dirigeants africains présentent une voix et une stratégie unifiées pour les transitions énergétiques africaines. Nous devons faire comprendre les besoins et les circonstances uniques de l’Afrique et expliquer le rôle essentiel que le pétrole et le gaz joueront pour aider l’Afrique à atteindre des émissions nettes nulles dans les décennies à venir.

Soutien occidental à l’Afrique

Mais j’aimerais que les gouvernements, les entreprises, les institutions financières et les organisations occidentales soutiennent nos efforts.

Comment ? Ils peuvent éviter de diaboliser l’industrie pétrolière et gazière. Nous le voyons constamment, dans les médias, dans les décisions politiques et d’investissement, et dans les appels à l’Afrique à laisser nos combustibles fossiles dans le sol. Nous le voyons avec les poursuites judiciaires pour arrêter le financement du GNL du Mozambique ou les poursuites pour empêcher Shell de même effectuer une étude sismique. De telles actions, alors même que les dirigeants occidentaux poussent l’OPEP à produire du pétrole, ne sont ni justes, ni utiles. Même si les pays occidentaux font pression pour augmenter leur propre production et l’utilisation du charbon.

Je voudrais également demander respectueusement aux institutions financières de reprendre le financement des projets pétroliers et gaziers africains et de cesser de tenter de bloquer des projets tels que l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est ou les projets de GNL du Mozambique.

L’Afrique souffre déjà.

Les plus de 600 millions d’Africains sans électricité souffrent. Les 890 millions d’Africains qui ne disposent pas de moyens de cuisson propres souffrent.

Je dirais que si nous voulons protéger les Africains du mal et de la misère, nous devons exploiter nos ressources en gaz naturel.

Le gaz naturel a un impact environnemental plus faible que les autres combustibles fossiles. Selon l’administration américaine d’information sur l’énergie (EIA), le passage des centrales thermiques du charbon au gaz est la principale raison pour laquelle le secteur américain de la production d’électricité a vu ses émissions de dioxyde de carbone diminuer de 32 % entre 2005 et 2019.

Qui plus est, le gaz naturel est indispensable à de multiples égards. Il fait partie du développement moderne et est utilisé pour la cuisine propre, la chaleur industrielle, le transport et comme matière première pour les engrais.

Nous ne pouvons pas négliger l’importance des engrais, compte tenu des millions de personnes qui souffrent d’insécurité alimentaire dans le monde ou qui sont « au bord de la famine », comme le dit le Programme alimentaire mondial des Nations unies.

L’augmentation de l’insécurité alimentaire est souvent attribuée aux conflits, et les batailles entre la Russie et l’Ukraine en sont la preuve. Depuis le début du conflit entre les deux grands producteurs de blé et de céréales, les prix mondiaux des denrées alimentaires sont montés en flèche. Compte tenu de la fermeture par la Russie des exportations de gaz naturel, il n’est pas surprenant que les prix des carburants et des engrais aient également augmenté.

En fait, l’augmentation du coût des engrais a autant d’effet sur les prix des denrées alimentaires que le conflit en Ukraine. Lorsque les agriculteurs n’ont pas les moyens d’acheter des engrais (ce qui est plus souvent le cas dans les pays pauvres que dans les pays riches), le rendement des cultures diminue, les prix des denrées alimentaires s’envolent et davantage de personnes souffrent de la faim. Selon le Groupe de réaction aux crises mondiales des Nations unies, plus de 60 pays ont actuellement du mal à se procurer des produits alimentaires. Il n’est pas surprenant que beaucoup d’entre eux se trouvent en Afrique.

L’utilisation du gaz naturel africain pour combler le manque de matières premières pour les engrais contribuera grandement à atténuer ces problèmes et à mettre de la nourriture sur la table dans le monde entier. Si l’Afrique est autorisée à développer ses ressources, il y aura beaucoup de gaz naturel à exploiter.

Le gaz naturel aide le monde à atteindre plus rapidement ses objectifs climatiques et peut contribuer à résoudre la crise alimentaire mondiale.

Et ils ne sont pas seuls.

Pensez à l’Europe, qui se démène pour trouver suffisamment de pétrole, de gaz et de charbon pour l’hiver – et se tourne vers l’Afrique pour s’approvisionner – ou considérez les résultats d’une enquête Pew Research de 2022 auprès de 10 237 adultes américains sur la transition énergétique des États-Unis. Seuls 31 % d’entre eux pensent que les États-Unis devraient éliminer complètement le pétrole, le gaz et le charbon, tandis que 67 % préconisent de cultiver un mélange de combustibles fossiles et de sources d’énergie renouvelables.

Ma question est donc la suivante : pourquoi devrions-nous, en Afrique, renoncer à nos combustibles fossiles – des combustibles qui représentent des solutions à certains de nos besoins les plus pressants – alors que tant d’autres s’interrogent sur la sagesse de faire de même ?

Nous ne devrions pas. Et nous ne devrions pas y être forcés.

Par NJ Ayuk, Président, Chambre africaine de l’énergie .