jeudi, juin 13, 2024

Contenu local : enjeux et opportunités

0 commentaire

Mor Ndiaye MBAYE, le Secrétaire Technique du Comité National de Suivi du Contenu Local (CNSCL) était l’invité cette semaine d’Ousmane Ngary Faye à l’émission « LE POINT » de la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS).

L’échange, sans complaisance, a porté sur les enjeux et opportunités du secteur du gaz et du pétrole et donné l’occasion à M. Mbaye de procéder à un état des lieux dans la démarche de maîtrise de la chaîne de valeur d’un secteur à enjeux multiples.

Un tour d’horizon a été fait sur l’ensemble des retombées sur toute la chaîne de valeur pétrolière, le travail en cours et à maximiser pour des retombées structurantes au niveau national.

Au-delà des aspects techniques complexes qui absorbent des ressources importantes et impliquent maintes technologies, l’aspect inédit réside en la prouesse d’avoir établi un cadre légal et institutionnel complet avant le début de la production.

C’est dire que bien avant l’exploitation de la première goutte du précieux liquide, la question du Contenu Local a été adressée, inscrite et parachevée.

L’économie du pays commence à bénéficier des retombées, souvent ignorées par le grand public.

L’unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) du gisement gazier Grand Tortue Ahmeyim (GTA), situé à la frontière maritime sénégalo-mauritanienne, a quitté la Chine le 20 janvier dernier pour le site d’exploitation du projet, en escale à Singapour, il a quitté ce mercredi 10 mai pour Dakar.

Destinée à être amarrée à environ 40 km des côtes sénégalaises et mauritaniennes, elle mesure 270 mètres de long, 54 mètres de large et 31,5 mètres de profondeur. Selon le fabricant, il a les dimensions de trois terrains de football mis ensemble et de 10 étages. Il accueillera 140 personnes à bord, qui y travailleront en brigades.

Déjà, des entreprises locales sénégalaises ont participé à l’exécution de certaines parties de cet équipement, conformément à ce qui est recommandé par la loi sur le Contenu Local, en vigueur au Sénégal depuis février 2019.

Des ingénieurs et techniciens locaux ont été formés tout au long des phases de développement du projet et y ont participé.

Un autre exemple éloquent a été donné par M. Mbaye : celui des caissons pour la plateforme GTA qu’il a fallu fabriquer au port Autonome de Dakar et transporter sur site.

Réalisés entièrement par des Sénégalais ils pèsent 16 000 tonnes l’unité faite de béton, de fer, de ciment, entre autres matériaux.

Mieux , il a fallu un espace de fabrication dédié, notamment le Port Autonome de Dakar (PAD), ayant nécessité des remblais sur 13 hectares dans la mer qui aujourd’hui enrichissent sa capacité.
Plus de 1 800 jeunes et environs 300 entreprises sous-traitantes ont travaillé sur le projet.

Autrement dit, les jalons sont posés pour faire de la ressource pétrolière au Sénégal, une bénédiction, dans une totale transparence.
En effet, tous les contrats sont publiés en ligne et sont accessibles au monde entier avec un ensemble de dispositions garantissant une réelle participation de l’État.

Ainsi, PETROSEN est partie prenante sur l’intégralité du processus, en portant 10% des parts, sans participation aux investissements. En cas de découverte, la participation peut grimper jusqu’à 20%.

L’État, outre les impôts, percevra ses parts de bénéfices.

Le rapport 2021 du ST-CNSCL indique 3862 emplois créés, 218 milliards de contrats signés par les entreprises locales et plus de 55000 heures de formation dispensées à des locaux. Le rapport 2022 est en cours d’élaboration.

Des équipements sous-marins, des amarres de bateaux et d’autres structures métalliques sont fabriqués au Sénégal, notamment au Lycée Technique de Thiès et dans des ateliers à Mbao.

Le véritable défi permanent est « comment parvenir à capter 50% de Contenu Local d’ici 2030 ? », conformément à l’objectif fixé par le Chef de l’État.

Cela passe par la prise de participation des entreprises sénégalaises dans les sociétés du secteur et des activités connexes, par les dispositions relatives au contrôle des sociétés de droit sénégalais au moins à 51% par des sénégalais.

Les divers acteurs nationaux devront sortir de leurs zones de confort, faire preuve de souplesse et d’ouverture et saisir toutes les opportunités.

Des outils de contrôle et d’évaluation sont mis en place, notamment la plateforme électronique d’intermédiation avec la publication des appels d’offres, des process de contrôle a priori et a posteriori, des rapports d’évaluation.

Le Fonds d’Appui au Développement du Contenu Local (FADCL) , instrument de soutien durable du renforcement des capacités techniques et financières des entreprises et ressources humaines locales, de renforcement de la compétitivité nationale et internationale des entreprises locales dans les activités pétrolières et gazières est un levier essentiel.

À ce titre, l’effectivité de la décision présidentielle d’une dotation et l’instauration d’une taxe parafiscale sur chaque contrat seront déterminantes en termes d’investissement dans la mise en œuvre efficiente de la stratégie du Contenu Local.