jeudi, juillet 18, 2024

Les producteurs de pétrole subsahariens ont le vent en poupe

0 commentaire

Les pays subsahariens jouent un rôle de plus en plus important dans la production pétrolière africaine cette année.
Le Nigeria et l’Angola, membres de l’OPEP, restent parmi les principaux producteurs du continent. En fait, avec la Libye, l’Algérie et l’Égypte, ils représenteront 80 % de la production pétrolière africaine en 2023.

Mais, comme l’indique le rapport de prospective récemment publié par la Chambre africaine de l’énergie (AEC), intitulé « The State of African Energy Q1 2023 » (L’état de l’énergie en Afrique au 1er trimestre 2023), une grande partie du pétrole restant cette année proviendra de pays subsahariens comme le Gabon, le Tchad, le Congo, le Ghana et la Guinée équatoriale. Examinons plus en détail l’évolution récente de l’industrie pétrolière dans chacun de ces pays.

Le Gabon

Depuis les années 1950, les exportations de pétrole du Gabon représentent la majorité du PIB du pays. Après un pic en 1996, un effondrement des prix en 2014 et un déclin naturel de la production qui s’est conjugué aux ravages causés par le COVID-19 sur le secteur pétrolier mondial, les récents développements sur le marché pétrolier gabonais pourraient potentiellement marquer le retour à une période plus prospère pour les producteurs de pétrole du pays.

Les perturbations inattendues du marché pétrolier induites par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et d’autres changements économiques ont involontairement créé de nouvelles opportunités pour le Gabon, et une série de changements réglementaires ont revitalisé l’intérêt des étrangers pour les ressources en combustibles fossiles du pays.

L’administration du président Ali Bongo Ondimba s’aligne sur la position de l’AEC selon laquelle l’Afrique peut à la fois s’efforcer d’atténuer les effets du changement climatique et d’opérer une transition vers les sources d’énergie renouvelables, tout en favorisant la croissance économique grâce à la poursuite de l’exploitation du pétrole et du gaz.

Les efforts du Gabon pour protéger ses forêts tropicales de la déforestation et de la dégradation ont été reconnus lorsque le Gabon est devenu la première nation africaine à recevoir un paiement de l’initiative des Nations unies pour les forêts d’Afrique centrale (CAFI). Dans le même temps, le Gabon a cherché à maintenir son rang de cinquième producteur de pétrole subsaharien en ouvrant de nouveaux cycles d’octroi de licences pour le forage en eaux peu profondes et en eaux profondes et en réorganisant la zone économique spéciale du Gabon (GSEZ), en facilitant la conformité douanière et en offrant des avantages fiscaux aux investisseurs étrangers. Un nouveau code des hydrocarbures offre également aux compagnies pétrolières internationales de meilleurs rendements sur les investissements d’exploration et de production (E&P) réalisés au Gabon.

Bien que la production pétrolière du Gabon n’ait pas atteint son objectif de 220 000 barils par jour (bpj) d’ici 2023, elle a atteint 200 000 bpj en avril, ce qui représente une nette amélioration par rapport au taux de 180 000 bpj constaté en 2020.

Alors que la plupart des travaux en cours pour augmenter ce taux de production prennent la forme d’un redéveloppement des champs pétroliers matures ou marginaux mené par Perenco et BW Energy, la région a vu un total de 18 nouveaux puits d’évaluation et d’exploration forés entre 2022 et 2023.

Si le gouvernement gabonais continue d’attirer les investissements étrangers et de poursuivre l’exploration en eaux profondes, le pays restera sur la voie prometteuse de découvertes qui changeront la donne et d’un développement rentable.

Le Tchad

Avec une production pétrolière moyenne de 69 000 bpj en mai, le Tchad a vu sa production augmenter pour atteindre une moyenne de 92 000 bpj au second semestre de l’année, accompagnée par l’exportation par PetroChad Mangara (PCM) de son premier baril de pétrole vers l’oléoduc Tchad-Cameroun en juillet.

Ces développements ont eu lieu après l’acquisition de PCM par Perenco et avec le soutien de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) et du nouveau ministre tchadien du pétrole et de l’énergie, S.E. Djerassem le Bemadjiel.

Sous la direction du nouveau ministre, compte tenu de sa formation de géologue, de son expérience au sein de la société de services pétroliers Schlumberger Limited, de la raffinerie de Djarmaya et de son rôle de conseiller en matière d’inspection pétrolière auprès du président Idriss Deby, le secteur pétrolier et gazier du Tchad est prêt à se développer pour assurer un avenir prospère et soutenir l’économie nationale.

Le Tchad, pays enclavé, détient environ 1,5 milliard de barils de réserves de pétrole brut et dépend des oléoducs pour ses exportations. Le Tchad a récemment adhéré à un projet visant à mettre en place un réseau de trois pipelines multinationaux reliant 11 pays différents à de multiples raffineries, dépôts de stockage, terminaux de gaz naturel liquéfié et centrales électriques alimentées au gaz. Le projet devrait être achevé en 2030 et devrait permettre de réduire la dépendance du Tchad à l’égard des importations de produits pétroliers raffinés.

À l’avenir, le CEA recommande au Tchad de continuer à rechercher des investissements étrangers et des partenariats public-privé pour développer ses importantes ressources en hydrocarbures et en énergies renouvelables, dans le but de réduire la pauvreté énergétique et de favoriser la croissance économique.

Le Congo

Troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne avec 2,9 milliards de barils de réserves prouvées et un taux d’extraction offshore de 336 000 bpj, la République du Congo, ou Congo Brazzaville, cherche toujours à augmenter sa production.

Après avoir amélioré les conditions fiscales pour les opérateurs et ouvert un total de 28 blocs lors des cycles d’octroi de licences entre 2015 et 2019, le Congo a attiré de nombreuses grandes entreprises énergétiques mondiales, dont TotalEnergies, Perenco, Chevron, Eni et Lukoil.

En avril 2023, le Congo est sur le point de conclure un nouvel accord de partage de la production avec Chevron et la société angolaise Sonangol EP concernant un bloc pétrolier offshore partagé par les deux pays.

Le Ghana

Le Ghana est devenu l’une des perspectives les plus attrayantes de la région subsaharienne, ayant adopté une approche très engagée pour obtenir un soutien financier pour ses nombreuses propositions de projets énergétiques.

La Commission du pétrole du Ghana a l’intention d’accroître l’E&P à l’intérieur des frontières du pays en envisageant d’attribuer de nouveaux blocs offshores et en procédant à un examen des conditions fiscales des opérateurs pour s’assurer qu’elles encouragent le développement de nouveaux partenariats mondiaux. En proposant potentiellement une échelle d’imposition dégressive, sur laquelle les puits ultra-profonds bénéficieraient du taux d’imposition le plus bas, le Ghana se positionne comme une perspective lucrative pour les compagnies pétrolières internationales qui cherchent à investir.

En plus de présenter des plans pour un centre logistique de 150 millions de dollars au Ghana, la Ghana National Petroleum Corporation (GNPC) a également l’intention de commencer les opérations de forage dans le bassin terrestre de Voltaian d’ici le début de 2024.

En outre, le récent rachat par AFC Equity Investment de la participation d’Aker Energy dans le bloc Deepwater Tano Cape Three Points (DWT/CTP) au large des côtes ghanéennes marquent le début des efforts de redéveloppement du champ pétrolier en eaux très profondes de Pecan et de ses réserves estimées entre 450 millions de barils équivalent pétrole (Mbep) et 550 Mbep, qui sont en suspens depuis l’épidémie de COVID-19 en 2020.

Le Ghana présentera ces différentes propositions lors de l’African Energy Week (AEW) 2023 qui se tiendra au Cap du 16 au 20 octobre 2023, en profitant de la première conférence de l’industrie pour créer des réseaux et des opportunités d’investissement.

Guinée équatoriale

En février 2023, le ministère des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale a signé trois contrats de partage de la production avec Panoro Energy et Africa Oil Corporation, ouvrant ainsi un nouveau chapitre d’exploration et de production pour le pays d’Afrique de l’Ouest.

Le bloc EG-01 a été attribué à Panoro Energy, renforçant ainsi ses partenariats avec six autres puits de pétrole et de gaz dans le champ voisin de Ceiba et le complexe d’Okume. Ce bloc jouxte le bloc G, qui contient plus d’un milliard de barils de réserves pétrolières.

L’Africa Oil Corporation a obtenu une part de 80 % dans les blocs EG-18 et EG-31, GEPetrol détenant les 20 % restants.

Le mois suivant, le ministère des mines et des hydrocarbures a également approuvé un plan de développement pour la découverte de Venus dans le bloc P, au large des côtes de la Guinée équatoriale. Avec ses partenaires VAALCO et GEPetrol, Atlas Petroleum International Limited commencera à forer le premier des deux puits sur le site en 2024, pour une mise en production en 2026. Une fois le projet de 310 millions de dollars achevé, les promoteurs prévoient que la découverte de Venus produira environ 15 000 b/j bruts de pétrole sur une durée de vie de 25 ans.

Ces contrats de partage de la production témoignent de la volonté de la Guinée équatoriale de faire progresser l’industrie pétrolière et gazière du pays et de donner un coup de pouce bienvenu à son économie.

Alors que l’ensemble de l’Afrique mérite de profiter davantage de ses réserves pétrolières, des progrès sont en cours. Des investissements étrangers massifs et des développements d’infrastructures substantiels sont nécessaires pour que l’Afrique réalise son plein potentiel dans l’économie pétrolière mondiale. Dans le même temps, nous devons reconnaître les contributions de ces petits producteurs subsahariens qui font leur part pour maintenir le rythme des efforts déployés pour atteindre cet objectif plus important.

 

Par NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie