L’économie mondiale devrait progresser de 4 % en 2021, à condition que le déploiement initial des vaccins contre la COVID-19 débouche sur des campagnes massives de vaccination tout au long de l’année.

C’est ce qui ressort d’une note de la Banque mondiale. Cependant, selon le document, la reprise risque néanmoins de rester modeste si les responsables politiques ne passent pas résolument à l’action pour endiguer la pandémie et mettre en œuvre des réformes propices aux investissements, indique la Banque mondiale dans sa dernière édition semestrielle des Perspectives économiques mondiales.

« Malgré le redémarrage de l’économie mondiale après la contraction de 4,3 % enregistrée en 2020, la pandémie a prélevé un lourd tribut en termes de morbidité et de mortalité et plongé des millions d’individus dans la pauvreté. Pendant encore de longs mois, l’activité économique risque donc d’être ralentie et les revenus considérablement réduits », détaille la note.

lire aussi l’article : Sénégal – deux juristes publient un livre blanc sur le numérique à l’épreuve de l’urgence sanitaire du Covid19

Ainsi, la banque mondiale estime que la priorité immédiate pour les responsables politiques consiste à contrôler la propagation du coronavirus et organiser rapidement des campagnes massives de vaccination. Pour soutenir la reprise, les autorités doivent aussi favoriser un cycle d’investissements porteur d’une croissance durable et moins tributaire de la dette publique.

LIRE AUSSI  Le Sénégalais Ndiamé Diop promu à la Banque Mondiale

Pour David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale, alorsque l’économie mondiale semble s’orienter vers une reprise timide, les décideurs sont confrontés à des défis redoutables qu’il s’agisse de la santé publique, de la gestion de l’endettement, des politiques budgétaires, de l’action des banques centrales ou des réformes structurelles pour faire en sorte que cette dynamique toujours fragile se confirme et jette les bases d’une croissance solide.

« Pour surmonter les effets de la pandémie et affronter les vents contraires à l’investissement, nous devons donner une impulsion décisive aux efforts visant à améliorer l’environnement des affaires, accroître la flexibilité du marché du travail et des produits et renforcer la transparence et la gouvernance. », a-t-il lancé.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet