Que d’espoir placé dans le pétrole et le gaz par les autorités sénégalaises, à juste raison eu égard aux importantes découvertes faites chez nous ces dernières années.

Mais selon une étude d’OpenOil, une société d’analyse financière basée à Berlin, tout ne se passera pas comme prévu. Selon ce document exploité par Seneweb, « les hydrocarbures découverts au Sénégal ne vont pas transformer l’économie du pays. L’effondrement à court terme des prix en 2020 et les anticipations à long terme de déclin structurel dû à la transition énergétique mettent en doute tout développement au-delà des étapes initiales annoncées, et la contribution aux finances publiques sera minime dans un scénario réaliste, selon l’étude », souligne le document.

Lire aussi: Sénégal : La production du premier baril de pétrole prévue en 2022 et 2023

Dans le détail, l’étude base ses affirmations sur le fait que les revenus pétroliers ne vont pas alléger la dette publique sénégalaise. Car indique le document, le pétrole et le gaz n’apporteront pas plus d’un milliard de dollars, soit moins d’un an du service de la dette actuel qui fait plus de 600 milliards. « Le secteur offshore n’apportera aucune contribution significative aux finances publiques du Sénégal. Les revenus atteindront à peine 2% du budget annuel, et pas avant les années 2030 », se veut formel OpenOil, lit-on.

LIRE AUSSI  Woodside s’oppose à la transaction entre Cairn et Lukoil

Par ailleurs pour être en mesure d’assurer toutes les charges de travail, l’étude estime que Petrosen aura besoin d’un milliard (environ 540 milliards F Cfa) de dollars pour augmenter significativement sa participation sur le pétrole à Sangomar et le gaz à Gta.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet