mardi, mai 28, 2024

L’interopérabilité, principal défi des systèmes de paiement instantanés et inclusifs en Afrique (Rapport de AfricaNenda)

0 commentaire

Les systèmes de paiement instantanés et inclusifs ont triplé en Afrique, mais la question de l’interopérabilité reste le principal défi de l’inclusion financière  selon le premier  rapport publié par AfricaNenda, en marge du Mobile World Congress qui s’est tenu du 25 au 27 octobre à Kigali, au Rwanda.

Le continent africain a connu  une montée  fulgurante des Systèmes de Paiement Instantanés et Inclusifs ( SPI). En effet, les SPI sont passés de  2 systèmes en 2012 à 29 en 2022, dont plus d’un tiers ont été mis en ligne au cours de l’année passée. En plus de cette percée, 18  autres SPI  nationaux et 3 régionaux sont en cours de développement en Afrique du Nord et du centrale» souligne le rapport de AfriaNenda  publié en partenariat avec la Commission des Nations-Unies pour l’Afrique (UNECA) et la Banque mondiale avec la participation d’experts de MPME, ainsi que quelques 1.200 utilisateurs dans sept pays d’Afrique.

Les systèmes de paiement instantanés et inclusifs, également appelés systèmes de paiement rapide ou immédiat, facilitent les paiements mobiles de faible montant fréquemment utilisés par les clients à faible revenu. Ils offrent une disponibilité continue et en temps réel, qui permet d’effectuer des transactions entre prestataires, en quelques secondes, et 24 heures sur 24.

D’après AfricaNenda ,  66 % des utilisateurs de paiements à faible revenu utilisent les paiements numériques chaque semaine. Une belle opportunité pour le continent africain d’atteindre les objectifs de l’inclusion financière.

 

«Nous  croyons fermement que les échanges d’idées et d’informations contribueront à améliorer l’inclusion financière. Nous sommes convaincus que collectivement nous pouvons favoriser le développement pour nos citoyens» a déclaré Robert Ochola CEO de AfricaNenda lors de son discours en présence de plusieurs experts de la finance digitale en Afrique.

Cependant, le rapport renseigne que malgré la bonne percée des SPI, des  difficultés sont notées au sein de l’utilisation des paiements par une certaine couche de la population défavorisée.

« Pour promouvoir l’adoption et l’utilisation des paiements numériques pour les achats et le transport des ménages, les SPI  devraient maximiser la disponibilité des canaux de paiement et maintenir une structure tarifaire simple avec des coûts bas. Garantir un règlement rapide et facile afin d’ augmenter l’utilisation des paiements numériques pour l’achat de biens et  services de transport», poursuit le rapport.

La grande question de  l‘interopérabilité qui freine encore le développement des SPI en Afrique a été aussi évoquée dans le rapport. D’après Dr Mactar Seck de  UNECA « l’un des défis encore présents est l’interopérabilité. Nous avons différents systèmes transfrontaliers. Nous avons besoin que ces systèmes puissent communiquer entre eux et fonctionner ensemble.»

Une précision soutenue  dans le rapport qui insiste sur la nécessité de cette interopérabilité  pour garantir une concurrence effective et des conditions de concurrence équitables entre les opérateurs historiques et les nouveaux acteurs du marché.

Engagée pour l’inclusion financière universelle en Afrique d’ici 2030, AfricaNenda va désormais publier chaque année, un rapport sur l’état et l’évolution de  l’écosystème des paiements numériques en Afrique. Dans le cadre de cette vulgarisation, le premier rapport a été remis  au président rwandais, Paul  Kagame.