Ils sont nombreux ces jeunes qui s’activent dans la politique et qui essaient de défendre leur leader sur les réseaux sociaux. Cependant, on note un manquement dans l’utilisation et la manière d’interagir avec les opposants. C’est dans ce cadre que le Rassemblement pour la citoyenneté et le développement (Rcd) a entamé une série de formations à l’intention de ses militants de différentes couches socioprofessionnelles.

Après les communicants du parti, ses élèves et étudiants étaient à l’école de la communication politique et leadership. Même s’ils n’en ont parlé, cette formation a lieu dans un contexte où les insuIt3s de Moustapha Cissé Lô continuent d’émouvoir les Sénégalais.

L’objectif donc, ajoute Abdou Diouf Baldé, facilitateur, est de leur «donner des rudiments d’acquisition pour leur permettre de se mouvoir correctement à l’intérieur du parti, mais aussi le défendre et en faire la propagande au sein des communautés». Ainsi, la cinquantaine de potaches qui étaient conviés à cet atelier dans un hôtel de la ville de Vélingara ont brièvement fait connaissance avec le leader de la formation, Ibrahima Barry dit «Diawadou».

Lire aussi: « ASUTIC » Le numérique pour refonder la pseudo-démocratie sénégalaise

«C’est pour ne pas être dans les invectives et les injures dans les réseaux sociaux, faute d’argumentaires pour se défendre face aux adversaires et détracteurs du parti, puisque c’est la mode actuellement. Comme nous sommes un parti innovant, nous refusons que nos militants versent dans ces travers», a dit Ibrahima Diaby, qui a ouvert les travaux au nom du secrétaire général national Ibrahima Barry. En clair, le Rcd veut que ses militants restent dans le «politiquement correct».

Avec Le Quotidien

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet