SocialNetlink est allé à la découverte de « Génération Saalih », une association inspirée du modèle de Gestion des Daara de Serigne Saliou et ancrée sur son territoire. Elle travaille avec des couches vulnérables, évoluant dans des environnements assez difficiles et parfois réfractaires aux interventions extérieures.

 

Créée officiellement en 2015, l’objectif principal de l’association est d’accompagner l’insertion socioprofessionnelle des talibés sortants des Daara et enfants de la rue, en facilitant leur accès à un métier. Le partenariat avec les associations de maîtres coraniques renforce la légitimité des interventions en direction des talibés.

 « Notre objectif principal est d’accompagner des talibés jusqu’à leur insertion grâce à la formation des « Ndongo »

Avec un dispositif d’accompagnement mis en place, l’association se fixe comme perspectives : « Un talibé, Un métier ». Un programme « Bay Tekki » est également disponible pour la promotion de l’agriculture et l’horticulture dans les Daara.

“ Même si le problème des enfants de la rue est trop délicat, nous comptons former plus de 2000 talibés”

Pour mieux cerner la question des talibés , il est bien de faire la distinction entre le talibé et l’enfant de la rue. Après un ciblage des daaras, le recrutement est accentué sur le travail des enfants par âges et par zone géographique.

L’objectif est de mieux préparer l’enfant (garçon comme fille) à l’autonomisation. Au-delà des activités de sensibilisation, Génération Saalih s’investit beaucoup dans le renforcement de l’employabilité des jeunes défavorisés par la formation de même que l’intermédiation avec les entreprises, ONG et les Établissements de Formation professionnelles et techniques pour faciliter les actions en direction de l’insertion.

« Le numérique et l’informatique, un secteur pourvoyeur d’emploi »

L’outil informatique est devenu indispensable dans le quotidien des enfants avec l’utilisation des smartphones. Trouver un emploi décent est un véritable parcours du combattant .

C’est pourquoi Génération Saalih a trouvé ce cadre pour mieux suivre ses apprenants. Avec le suivi et la formation, nous avons dépassé cette étape même s’il y a des difficultés rencontrées. 

L’objectif de GS est de poursuivre ses actions en faveur de l’insertion des jeunes vulnérables, en développant des partenariats avec des ONG, les Entreprises et des associations.

D’autres partenariats sont prévus avec des structures comme Jokkolabs, des centres d’incubation pour pouvoir former les jeunes à l’entrepreneuriat et promouvoir le terme « Talibépreneur. »

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet