La délégation générale à l’entreprenariat rapide des Femmes et des Jeunes (Der/ FJ) ne s’occupe pas d’emplois. Elle gère l’entreprenariat. Cette précision de taille a été faite par son Délégué général, Papa Amadou Sarr.

Invité à l’émission, le Jury du Dimanche (JDD), M. Sarr est largement revenu sur la problématique de l’emploi des jeunes qui lui a valu une salve de critiques ces derniers jours. Avec des chiffres à l’appui, il a démontré comment l’organe qu’il dirige depuis 3 ans a impacté positivement la vie de nombreux jeunes sénégalais

. « Au 31 décembre 2020, nous avons investi 60 milliards de FCFA. Actuellement, nous devons être autour de 65 à 70 milliards. Nous avons impacté la vie d’entrepreneurs, hommes et femmes, pour 106 000 personnes, directement. Nous avons créé au moins 70 mille emplois de façon indirecte, parce que, nous avons financé des entreprises qui ont eu à créer des emplois. Selon une récente étude que nous a fait le bureau Prospective économique, nous avons impactés positivement la vie de beaucoup d’entrepreneurs en créant des emplois sur l’ensemble du territoire national sans aucune distinction », a-t-il fait savoir.

PAS MOINS DE 5 MILLIONS DE DEMANDEURS D’EMPLOIS

LIRE AUSSI  Opération Tabaski - La DER implante la première Bergerie connectée du Sénégal

Le 11 avril dernier, lors d’une assemblée générale des maires du Sénégal, le délégué de la Der/ FJ avait été hué au moment de son allocution. Certains maires lui reprochent de ne pas financer les jeunes de leur localité, allant même jusqu’à parler d’échec de la Der. Mais pour Papa Amadou Sarr, il est impossible de régler la question du chômage d’un seul coup. Aujourd’hui, le Sénégal compte pas moins de 5 millions de demandeurs d’emplois. Il faudrait 4 fois le budget du Sénégal pour résoudre ce taux de chômage. « Je ne suis pas d’accord quand on parle d’échec de la Der. Pour la bonne et simple raison que nous faisons avec les moyens du bord.

Aujourd’hui, nous avons 5 à 6 millions de demandeurs d’emplois. Et pour avoir un emploi pérenne, il faut au minimum, 2,5 à 3 millions de F CFA qui permettent à une personne d’avoir un revenu minimum de 100 à 200 milles F par mois. En faisant un petit calcul, c’est environ 3 000 milliards pour 1 million d’emplois. Vous multipliez par 5, ça vous donne 15 000 milliards pour 5 millions d’emplois. Cela signifie exactement que, c’est 5 à 6 années budgétaires à l’Etat du Sénégal pour résorber le gap de chômeurs. Si l’Etat du Sénégal avait les moyens de le faire, il le ferait », a-t-il déclaré.

« DES GENS ONT ÉTÉ PAYÉS POUR ME HUER »

LIRE AUSSI  Les startups sénégalaises au service de la modernisation de l'Etat

D’ailleurs, concernant cette rencontre des maires, Papa Amadou Sarr révèle qu’il avait été averti. Selon lui, certains maires ont payé des gens pour le huer et il était au courant de cela. « Je n’en veux pas aux maires. Je suis entré dans la salle avec la conviction que j’allais être hué. J’ai été averti. On a payé des gens pour cela. J’ai la preuve et le montant, 1 million 500 mille, qui a été donné à des personnes pour m’humilier.

Ce n’était pas la première fois et ce sont des pratiques que je dénonce. Mais, je suis Républicain. Je crois aux valeurs de la République », dit Sarr. Qui ne manque pas de lancer un défi à ses détracteurs : « Demain, si je quitte la Der, la personne qui prendra ma place, ne pourra pas faire mieux que ce que j’ai fait, avec les même ressources dont je dispose ».

Avec Emedia

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet