Le développeur informatique Malick Diallo a exhorté les groupements d’intérêt économique (GIE), les coopératives et les autres acteurs économiques à se tourner davantage vers la digitalisation. 

‘’Le monde a changé, et nous devons accepter ce changement. Raison pour laquelle il est impératif, pour toute entreprise, tout GIE ou toute coopérative qui veut survivre et faire des performances, de se tourner vers cet outil innovant, la digitalisation’’, leur a-t-il recommandé.  

Malick Diallo participait au lancement d’un programme de digitalisation de la Grande union coopérative des agro-pasteurs, pêcheurs et artisans du Sénégal (GUC/APAD), samedi, à Palmarin, dans la région de Fatick (centre).  Si ces entités économiques (GIE, coopératives, entreprises, etc.) veulent continuer à exister, elles doivent rompre avec les ‘’vieilles habitudes’’ et ‘’bâtir un modèle économique performant, assisté par ordinateur’’. 

Dans le monde des affaires, a souligné M. Diallo, les partenaires des entreprises, tout comme leurs employés, n’exécutent convenablement que les tâches contrôlées. Dès lors, ‘’toute entreprise n’étant pas capable de contrôler ce qui est en train d’être fait pour elle en temps réel court inévitablement à sa perte’’, a-t-il dit.  Selon Malick Diallo, les entreprises, les coopératives et les GIE sont soumis à l’obligation d’avoir une plateforme digitale leur permettant de contrôler ‘’en toute quiétude’’ leur production et leur chaîne de distribution. C’est également valable pour la gestion des ressources financières et humaines, a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI  Paydunya à l’assaut de la digitalisation des entreprises


 Le développeur informatique estime que la digitalisation exige ‘’du courage et de la patience, car c’est tout un processus qu’il faut assimiler pour faire face à cette montée de la complexité et de l’incertitude dans le monde actuel des affaires’’. 

La digitalisation est le moyen le plus rapide, à son avis, pour rattraper les pays développés en termes de gestion et de management, la France par exemple, qui n’a digitalisé que 10 % de son économie, selon M. Diallo.

Avec APS

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet