samedi, août 13, 2022

Levée de sanctions économiques au Mali : le Port de Dakar renonce aux frais liés à l’embargo

0 commentaire

Les membres de la Communauté des acteurs portuaires du Sénégal (Cap-Sénégal), en partenariat avec les acteurs du secteur portuaire malien et sénégalais, tiennent depuis hier  à Dakar un forum pour participer à l’effort de réflexion autour de la mise en place d’une stratégie nationale portuaire d’ici 2035. Prenant part à cette rencontre, le président des Chambres de commerce et d’industrie du Mali, Youssouf Bathily, s’est réjoui de la levée des sanctions économiques qui avaient été prises par la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Par ailleurs, il révèle que le Port Autonome de Dakar (Pad) a renoncé à l’ensemble des frais liés à l’embargo sur la période allant du 7 janvier au 3 juillet 2022.

Le Port Autonome de Dakar (Pad) a renoncé à l’ensemble des frais liés à l’embargo sur la période allant du 7 janvier au 3 juillet 2022. C’est ce qu’a révélé le président des Chambres de commerce et d’industrie du Mali, Youssouf Bathily qui participait à un forum regroupant les acteurs du secteur portuaire. Il renseigne en effet que cette décision a été prise la semaine dernière lors de la visite d’une délégation de la direction du port de Dakar à Bamako. «Le Sénégal a utilisé cet embargo avec Intelligence. C’est ce qui a permis au Mali de rester à un niveau stable. Et je pense que cette bonne nouvelle consistant à renoncer à tous les frais liés à l’embargo en est une preuve», se réjouit le président des Chambres de commerce et d’industrie du Mali.

Revenant par ailleurs sur le forum à proprement parler, Youssouf Bathily indique qu’il permettra de recenser tous les éléments pouvant contribuer à fonder un écosystème viable et performant de services et des métiers sur toute la chaîne logistique, dans le cadre d’un hub portuaire et logistique. «C’est pourquoi, la mise en place d’un observatoire ou d’une Haute
Autorité des Corridors peut concourir à harmoniser les systèmes de contrôle avec des ressources humaines de qualité, une réglementation adaptée et des volumes d’échanges croissants à l’international, mais d’abord avec l’hinterland et avec tous les pays de la région ouest africaine», indique M. Bathily.
Pour sa part, le président des acteurs portuaires du Sénégal (Cap-Sénégal), Baba Tall, a salué la présence des autorités ma-
liennes concernées. A l’en croire, le Mali est un partenaire stratégique et le premier client du port de Dakar. «Cet objectif essentiel de hub portuaire, industriel et logistique autour du quel se développeront tous les débats sur nos ports accélérateurs de développement, sera à l’avant-garde de l’innovation numérique et technologique dans l’objectif de rentabiliser les corridors logistiques, mais aussi les ports, outils d’intégration et d’échanges Internationaux, vecteurs de l’employabilité dans les métiers portuaires et logistiques» affirme le président le président Bara Tall.

Pour rappel, Cap Sénégal est un outil d’intégration et de développement du secteur portuaire et maritime, qui regroupe l’ensemble des acteurs du secteur maritime et portuaire du Sénégal, et a pour mission de faire leur promotion et de les fédérer autour d’objectifs communs, comme c’est le cas aujourd’hui avec la Stratégie nationale portuaire.