vendredi, avril 19, 2024

Le gaz naturel devrait faire partie des discussions du sommet pour un nouveau pacte mondial de financement

0 commentaire

Quelque part à l’intersection de l’argent et du climat se trouvent plus de 600 millions d’Africains qui n’ont pas accès à l’électricité, 890 millions d’Africains qui ne disposent pas de méthodes de cuisson propres, des dizaines de nations africaines qui dépendent des hydrocarbures pour financer à peu près tous les services qu’elles fournissent, et le développement industriel africain qui ne peut pas avancer s’il n’est pas alimenté par des combustibles fossiles.

Pourtant, cette semaine, les hommes politiques, les experts bancaires, les dirigeants de groupes de la société civile et d’autres personnes qui se réunissent à cette intersection – lors d’un événement de deux jours organisé par le président français Emmanuel Macron et intitulé « Sommet pour un nouveau pacte mondial de financement » – proposent un ordre du jour qui semble mettre en veilleuse le financement des projets de gaz naturel en Afrique, la solution présumée à de nombreux problèmes de pauvreté du continent, sans mauvais jeu de mots.

Le sommet de Paris a été conçu pour jeter les bases « d’un nouveau système financier adapté aux défis communs du XXIe siècle, tels que la lutte contre les inégalités, le changement climatique et la protection de la biodiversité ». Bien que les participants au sommet ne soient pas arrivés avec une vision exacte de ce à quoi ressemblerait un nouveau système financier, leurs discussions s’articulent autour de quatre piliers :

  • Rétablir une marge de manœuvre budgétaire pour les pays confrontés à des difficultés à court terme, en particulier les pays les plus endettés.
  • Favoriser le développement du secteur privé dans les pays à faible revenu.
  •  Encourager les investissements dans les infrastructures « vertes » pour la transition énergétique dans les pays émergents et en développement.
  • Mobiliser des financements innovants pour les pays vulnérables au changement climatique.

La vérité est que nous avons besoin d’un nouveau système financier mondial. Ce n’est un secret pour personne que les pays pauvres ont plus de difficultés que les pays riches à obtenir des financements pour des projets de développement qui soutiennent la croissance économique et sociale, et quand ils y parviennent, le coût de l’argent est considérablement plus élevé, voire stupéfiant dans certains cas. Il n’est pas rare que les pays riches empruntent des capitaux à des taux d’intérêt aussi bas que 1 % ; pour un pays pauvre dont la solvabilité est risquée, le chiffre se situe plutôt autour de 14 %. Depuis le début de la pandémie, la situation s’est encore aggravée. La dette mondiale a fortement augmenté et, du fait de ces emprunts supplémentaires, les pays en développement et les pays à faible revenu ont de plus en plus de mal à rembourser leurs dettes. En conséquence, ces pays sont entrés dans un cercle vicieux de vulnérabilité, incapables de développer leur économie ou, comme l’ont souligné les Nations unies et les participants au sommet, d’atteindre leurs objectifs de développement durable (ODD). Être en mesure d’uniformiser les règles du jeu et de créer de nouvelles sources de financement est un objectif honorable et peut-être trop tardif.

Par ailleurs, les pays en développement ont besoin d’investissements dans les infrastructures vertes. Les pays africains en ont besoin – et l’accueillent favorablement.

C’est la formulation manquante de ces piliers qui me préoccupe, car je crains une fois de plus que la voie mondiale vers le zéro net ne fasse fi des projets de gaz naturel africains.

Des préoccupations financières valables – jusqu’à un certain point

Pour comprendre comment le sommet est parvenu à sa liste de priorités, il faut se pencher sur ce que l’on appelle l’initiative de Bridgetown, une plateforme établie par le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, et nommée d’après la capitale de la nation insulaire.

Depuis la conférence des Nations unies sur le changement climatique COP26, qui s’est tenue à Glasgow, en Écosse, Mme Mottley s’est faite la championne d’un nouveau moyen pour les pays riches de financer les pays pauvres en cas de crise climatique. L’initiative de Bridgetown demande aux banques de développement de prêter 1 000 milliards de dollars supplémentaires à des taux inférieurs à ceux du marché aux pays en développement pour leur permettre de résister au changement climatique. Le plan prévoit également la mise en place d’un mécanisme privé pour financer l’atténuation des effets du changement climatique et la reconstruction après une crise.

Lorsque Mme Mottley, qui critique ouvertement la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), a présenté l’initiative de Bridgetown lors de la COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, à la fin de l’année dernière, les réactions ont été extrêmement positives. Un observateur a déclaré qu’il n’avait jamais vu auparavant un tel niveau de consensus et d’élan autour d’un seul ensemble d’idées.

Macron s’est emparé de l’agenda de Bridgetown. Comme Mme Mottley, M. Macron ne semble pas être un grand fan de la Banque mondiale ou du FMI, même si la France est l’une des principales parties prenantes de la Banque mondiale. Sans citer de noms, M. Macron a déclaré que les institutions financières actuelles n’avaient pas fourni de résultats mesurables en matière de financement de la lutte contre le changement climatique aux pays pauvres. (Les pays occidentaux ont été furieux lorsque David Malpass, alors président de la Banque mondiale, a refusé, lors d’un événement organisé par le New York Times en septembre 2022, de dire si la combustion du pétrole, du gaz et du charbon était à l’origine du changement climatique. Le tollé qui s’en est suivi a conduit à sa démission en février de cette année. Selon ses détracteurs, sous la direction de M. Malpass, la Banque mondiale n’a pas fait assez pour « aligner ses prêts sur les efforts internationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et a agi trop lentement pour aider les pays pauvres à faire face aux conséquences du changement climatique », alors qu’elle continue à financer des projets pétroliers et gaziers.

M. Macron a déclaré que pour lutter contre la pauvreté, décarboniser les économies mondiales et protéger la biodiversité, les règles de la finance internationale doivent être remises à plat. Les pays doivent pouvoir investir dans le développement durable en facilitant l’accès aux financements internationaux, nationaux, publics et privés sous toutes leurs formes : prêts concessionnels, garanties, échanges de dettes, marchés du carbone, financements hybrides et investissements.

Le Sommet pour un nouveau pacte mondial de financement est censé servir de groupe de réflexion mondial pour déterminer les stratégies à long terme, les partenariats multipartites et les plans d’investissement détaillés qui permettraient aux gouvernements de « mobiliser des incitations pour une utilisation plus ciblée et plus efficace des ressources internationales et nationales ».

Il s’agit là encore d’une excellente idée. Mais la réflexion qui aura lieu cette semaine ne rendra pas service aux pays en développement, y compris aux pays africains producteurs de gaz, si elle se concentre uniquement sur le financement de l’énergie verte. Si je reconnais la nécessité de prévenir le changement climatique et de s’attaquer à l’impact global de l’industrie de l’énergie, je dirais également que tous les combustibles fossiles n’ont pas le même impact sur l’environnement. Le gaz naturel est un combustible fossile qui brûle plus proprement que le pétrole ou le charbon, et il peut jouer un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il a un rôle essentiel à jouer dans la transition énergétique de nombreux pays en développement, y compris en Afrique.

Pour soutenir véritablement les pays en développement, les pays riches doivent accepter cette réalité. Malheureusement, ce n’est pas ce que nous constatons.

L’excellent exemple d’Afrieximbank

Au cours de la période précédant le sommet, les appels se sont multipliés pour que les prêteurs de tous types réévaluent et reconfigurent leurs portefeuilles. Les grandes banques nationales africaines ne sont pas en reste.

Par exemple, au début du mois, des organisations de la société civile africaine ont exhorté la Banque africaine d’import-export (Afrieximbank) à « investir dans des projets d’énergie propre axés sur l’intégration régionale du secteur de l’électricité » et à cesser de financer des projets pétroliers et gaziers qui sapent  » « nos efforts pour atteindre l’objectif climatique de 1,5 degré et les objectifs de développement durable ».

En tant que banque de financement du commerce en Afrique, Afrieximbank est motivée par la prospérité des économies, des entreprises et des populations africaines. À cette fin, elle soutient un large éventail de clients, y compris des entreprises nationales du secteur de l’énergie.

En novembre dernier, par exemple, la banque a signé un accord de prêt basé sur les réserves avec la société pétrolière et gazière indépendante nigériane Amni Petroleum. Cette facilité de 635 millions d’USD permettra à Amni Petroleum de financer des dépenses d’investissement dans les champs pétroliers et gaziers d’Okoro et de Tubu et devrait l’aider à plus que doubler sa production de pétrole en moins d’un an, à stimuler les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) et à fournir du combustible pour la production d’électricité dans toute l’Afrique de l’Ouest. Il s’agit d’une opportunité qui change la donne pour une entreprise nigériane employant des travailleurs nigérians et qui fournira des revenus au gouvernement nigérian. Comment Afreximbank pourrait-elle tourner le dos à cela ?

Cependant, presque au même moment, Afreximbank s’est engagée à verser 250 milliards de dollars pour combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique, en s’assurant qu’elle jouerait un rôle majeur dans la « revitalisation des initiatives africaines d’adaptation au changement climatique et d’atténuation des effets du changement climatique ».

Pour moi, cela prouve que le financement de projets d’hydrocarbures et d’énergie verte peut aller de pair. En fait, la monétisation de nos vastes réserves de gaz naturel peut fournir les moyens financiers nécessaires pour nous aider à financer notre transition logique et durable vers les énergies renouvelables.

Ce n’est pas le moment de tourner le dos au gaz

Une fois de plus, le problème est que l’agenda vert ignore l’importance du gaz naturel pour apporter au continent une prospérité qui change la vie, sous la forme d’emplois, d’opportunités commerciales, de renforcement des capacités et, oui, d’électricité. La transformation du gaz en électricité n’est rien de moins que centrale pour l’avenir économique et industriel de l’Afrique. Alignée sur l’objectif de développement durable 7.1 des Nations unies, l’initiative pour une transition énergétique juste et abordable en Afrique (AJAETI) espère tirer parti du gaz naturel pour fournir une énergie abordable à 300 millions d’Africains au cours des quatre prochaines années et pour les faire passer à des combustibles de cuisson propres. En outre, elle espère augmenter de 25 % l’accès à l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables au cours de la même période. Quant à l’industrialisation dont l’Afrique a tant besoin, nous savons tous qu’elle n’est pas possible uniquement grâce à l’énergie éolienne ou solaire, du moins avec les technologies disponibles aujourd’hui.

Tout cela nécessite de l’argent.

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, nous ne pouvons pas laisser l’agenda vert d’autres nations ignorer ou rejeter nos besoins et priorités uniques. Donner la priorité au financement de projets verts ne fonctionnera pas pour l’Afrique si cela laisse dans le sol des ressources qui pourraient être utilisées pour sortir les gens de la pauvreté. Nous ne pouvons espérer atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies sans accès à l’énergie, et nous devons exploiter le pétrole et le gaz naturel pour y parvenir. En outre, comme l’a rappelé Maggy Shino, commissaire namibienne chargée du pétrole, lors de la COP27, les promesses antérieures des pays riches de travailler aux côtés de l’Afrique pour financer les énergies propres n’ont pas été tenues.

« Si vous nous dites de laisser nos ressources dans le sol, vous devez être prêts à offrir une compensation suffisante, mais je ne pense pas que quelqu’un se soit encore manifesté pour faire une telle offre », a-t-elle déclaré.

Le fait est que les ressources africaines offrent une voie vers un avenir plus vert et plus prospère, et pas seulement pour l’Afrique. C’est là que l’intersection de l’argent et du climat représente le meilleur des mondes.

 

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie