vendredi, avril 19, 2024

Namibie- Ce que la zone pétrolière pionnière la plus chaude d’Afrique peut apprendre de la Guyane

0 commentaire

Récemment, un certain nombre de titres ont fait référence à la « zone pétrolière pionnière la plus chaude du monde », un site de découvertes massives de pétrole et de gaz très prometteur pour les investisseurs.

Il n’y a pas si longtemps, les médias auraient parlé de la Namibie. Lorsque la société française TotalEnergies et la société britannique Shell ont annoncé l’an dernier d’importantes découvertes dans le bassin d’Orange, au large de la Namibie, la presse en a presque fait ses choux gras.

Mais les gros titres auxquels je fais référence aujourd’hui ne concernent pas la Namibie, ni même l’Afrique.

Il s’agit plutôt de la Guyane, sur la côte nord de l’Amérique du Sud, à côté du Venezuela.

Depuis 2015, plus de 30 découvertes importantes de pétrole offshore ont été faites dans le seul bloc Stabroek de la Guyane. La major américaine de l’énergie ExxonMobil, qui a été la première à annoncer une découverte dans ce bloc, estime qu’il recèle au moins 11 milliards de barils de ressources récupérables. Fin juin, les sociétés canadiennes CGX Energy et Frontera Energy ont annoncé que leur coentreprise avait découvert du pétrole dans le bloc Corentyne de la Guyane, qui a également été le site d’une découverte de pétrole léger et de condensat de gaz en mai 2022.

Les compagnies pétrolières et gazières ont non seulement été attirées par les vastes ressources en hydrocarbures de la Guyane, mais elles ont également pris note des régimes réglementaires et fiscaux attrayants du pays. En conséquence, nous assistons à une activité intense dans ce pays, ce qui a incité des médias du secteur de l’énergie comme Oil and Gas 360 à décrire la Guyane comme « le dernier point chaud de l’Amérique latine et des Caraïbes en matière de forage », tandis que Bloomberg déclare que « la Guyane est l’histoire la plus excitante du marché mondial du pétrole » et que Reuters qualifie la Guyane de « centrale pétrolière ».

Je ne dis pas que la Namibie est une nouvelle d’hier, loin de là. Le bassin d’Orange contiendrait jusqu’à 3 milliards de barils de pétrole et 5,5 billions de pieds cubes de gaz naturel. Mais la presse positive de la Guyane est un rappel important : En ce qui concerne les compagnies pétrolières et gazières, la Namibie n’est pas le seul endroit où s’implanter. Rien ne garantit que l’enthousiasme suscité par les ressources pétrolières de la Namibie permettra au pays de réaliser pleinement toutes les opportunités socio-économiques qu’elles représentent, qu’il s’agisse d’éradiquer la pauvreté énergétique ou de faire croître l’économie. Le fait de disposer d’importantes réserves d’hydrocarbures attirera certainement l’attention des compagnies énergétiques, mais retenir l’intérêt de ces dernières – et les convaincre de continuer à investir des milliards de dollars dans des activités d’exploration et de production – exige des mesures délibérées et stratégiques de la part des dirigeants du pays d’accueil.

La Chambre africaine de l’énergie se réjouit de voir le gouvernement namibien s’efforcer de créer un environnement favorable aux activités en amont et de mettre à jour sa législation fiscale. Mais la Namibie ne doit pas s’arrêter là. Pour assurer la poursuite de l’exploration et de la production, les dirigeants namibiens devront faire tout leur possible, le plus rapidement possible, pour démontrer que la Namibie est un pays accueillant pour les investisseurs. C’est ce que la Guyane a réussi à faire avec succès. J’encourage la Namibie à suivre son exemple.

Lors de l’African Energy Week qui se tiendra au Cap du 16 au 20 octobre 2023, la Namibie occupera le devant de la scène et de nombreuses discussions auront lieu sur le passage des découvertes à la production, mais aussi sur les aspects juridiques, commerciaux et géopolitiques de l’exploitation du pétrole et du gaz naturel.

La Guyane offre des garanties fiscales aux investisseurs

Tout d’abord, la Guyane inclut dans ses contrats pétroliers des clauses visant à aider les compagnies pétrolières et gazières à protéger leurs investissements, ce qui n’est pas le cas de la Namibie. Il s’agit d’une clause de stabilité fiscale, qui stipule que si le pays d’accueil apporte des modifications législatives ou réglementaires, telles que de nouveaux codes fiscaux, la compagnie d’énergie contractante sera protégée des conséquences économiques négatives.

Ce n’est pas la première fois que j’exhorte la Namibie à inclure des clauses de stabilité fiscale dans ses accords pétroliers, mais le point est si important qu’il mérite d’être répété. La prospection énergétique comporte de nombreux risques. L’absence de clause de stabilité fiscale ne fait qu’accroître l’exposition des entreprises qui investissent et les incite à envisager de canaliser leurs efforts – et leurs investissements – ailleurs. L’absence de clause de stabilité fiscale ouvre également la porte à des négociations contractuelles prolongées et à des retards de projets coûteux. La Namibie et les entreprises du secteur de l’énergie seraient alors perdantes.

La Guyane accélère son développement

J’ai beaucoup écrit cette année sur la façon dont les retards dans les projets pétroliers et gaziers en Afrique peuvent priver les pays d’opportunités. La Guyane s’est efforcée d’éviter ces écueils. Moins de cinq ans après la découverte initiale du bloc Stabroek par ExxonMobil avec ses partenaires Hess (États-Unis) et China National Offshore Oil Corporate (CNOOC) en 2015, leur projet Liza Phase I a commencé à produire du pétrole. Dans l’industrie pétrolière et gazière, cela est considéré comme une véritable rapidité.

Depuis, un deuxième projet, Liza Phase 2, a été mis en service et la production de leur troisième projet, Payara, devrait démarrer cette année. De plus, ExxonMobil a pris une décision finale d’investissement pour deux projets supplémentaires : La production de Yellowtail devrait commencer en 2025, suivie par le développement d’Uaru qui sera mis en service en 2026.

Le président-directeur général de la Chambre de l’énergie de Trinité-et-Tobago, Dax Driver, a récemment félicité la Guyane pour le développement de ses ressources pétrolières et gazières à un rythme record.

« Pour des pays comme la Guyane et le Suriname, qui disposent d’énormes ressources pétrolières, dont certaines se transforment en réserves et d’autres sont produites, la priorité doit être d’accélérer le développement de ces ressources »,a déclaré M. Driver. « C’est quelque chose que la Guyane a extrêmement bien fait depuis sa première découverte. C’est un leader mondial dans l’accélération de ses découvertes ».

M. Driver sait ce que l’exploitation du pétrole et du gaz peut apporter : Son pays est devenu un autre exemple précieux pour les nations dotées de ressources pétrolières comme la Namibie. Comme je l’ai écrit dans mon livre de 2019, « Billions at Play : The Future of African Energy and Doing Deals », Trinité-et-Tobago, une île jumelle située au large des côtes du Venezuela, a fait de la monétisation du gaz naturel une forme d’art depuis les années 1970. Avec moins de 1 % des réserves mondiales de gaz connues, Trinité-et-Tobago est devenu le premier exportateur mondial de deux produits à base de gaz, l’ammoniac et le méthanol, puis l’un des cinq premiers exportateurs mondiaux de gaz naturel liquéfié (GNL). Aujourd’hui, Trinité-et-Tobago a l’un des revenus nationaux bruts (RNB) par habitant les plus élevés d’Amérique latine et des Caraïbes (17 640 USD en 2015). La Guyane est bien partie pour suivre l’exemple de Trinité-et-Tobago, et j’espère que des pays africains comme la Namibie feront de même.

La Guyane continue de faire progresser son industrie énergétique

Je suis d’accord avec l’évaluation de M. Driver : La Guyane est déterminée à faire progresser son industrie énergétique et reconnaît judicieusement la valeur de la monétisation de ses ressources en gaz naturel. Le vice-président du Guyana, Bharrat Jagdeo, a souligné l’importance de monétiser les ressources en gaz naturel du pays et de créer de nouvelles sources de revenus avant que la transition énergétique mondiale ne réduise la demande en combustibles fossiles. Les dirigeants de la Guyane travaillent avec des techniciens et des consultants sur une stratégie nationale d’utilisation du gaz naturel comme matière première pour les produits pétrochimiques et le gaz naturel liquéfié (GNL).

Dans le même temps, le gouvernement guyanais a mis à jour la réglementation du pays en matière de pétrole et de gaz afin de garantir la poursuite des investissements et des bénéfices pour le peuple guyanais. Le projet de loi sur les activités pétrolières prévoit des mesures de sécurité et d’intervention en cas d’urgence, ainsi que des exigences en matière de supervision et de contrôle, des exigences en matière de renforcement des capacités pour les entreprises énergétiques et un cadre pour l’autorisation du transport et du traitement des produits pétroliers. Il prévoit également l’unitisation transfrontalière, un cadre juridique pour le développement et l’attribution des réserves de pétrole qui s’étendent au-delà des frontières maritimes de la Guyane avec d’autres pays.

En outre, le gouvernement a adopté en 2021 une législation rigoureuse en matière de contenu local, qu’il est en train de peaufiner avec l’aide du ministère des ressources naturelles. La politique qui en résultera comprendra un cadre efficace permettant aux compagnies pétrolières internationales de communiquer leurs besoins aux entreprises locales, ce qui facilitera la croissance des entreprises namibiennes et la création d’emplois. Voilà une autre leçon dont la Namibie, et les pays africains en général, peuvent s’inspirer.

L’un des meilleurs exemples que donne la Guyane est peut-être le fait qu’elle aborde son industrie pétrolière et gazière avec un sentiment d’urgence. L’urgence de tirer le maximum de valeur de ses ressources pétrolières. L’urgence de mettre en place des politiques adéquates, afin que le pays puisse continuer à attirer les investissements et à récolter les bénéfices qu’ils offrent. L’urgence de prévenir les retards dans les projets qui pourraient empêcher la Guyane d’atteindre ses objectifs dans le domaine de l’industrie énergétique.

Ce sentiment d’urgence, tout autant que les ressources pétrolières et gazières du sous-sol, explique pourquoi la Guyane

fait la une des journaux en tant que « hotspot » du pétrole et du gaz.

J’ai hâte de voir la Namibie obtenir des résultats similaires et, comme la Guyane, devenir un modèle pour les autres pays disposant de ressources pétrolières.

 

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie