mardi, mai 28, 2024

Un expert en IA met en garde contre la « colonisation numérique » en Afrique

0 commentaire

L’intelligence artificielle (IA) est mûre pour aider à résoudre certains problèmes majeurs en Afrique, de l’agriculture au secteur de la santé, mais l’expert sénégalais Seydina Moussa Ndiaye met en garde contre une nouvelle « colonisation » du continent par cette nouvelle technologie si les entreprises étrangères continuent à se nourrir des données africaines sans impliquer les acteurs locaux.

L’une des 38 personnes membres du nouvel organisme consultatif des Nations Unies sur l’apprentissage automatique, M. Ndiaye s’est entretenu avec UN News sur le paysage qui s’annonce, en s’appuyant sur l’expérience qu’il a acquise en aidant à conduire la transformation numérique du Sénégal dans l’enseignement supérieur, en servant d’expert à l’Union africaine pour la rédaction de la stratégie panafricaine sur l’IA et en contribuant au Partenariat mondial sur l’intelligence artificielle (GPAI).

Comment l’IA peut-elle aider l’Afrique ?

Plusieurs pays africains commencent à se doter d’une stratégie dédiée à l’intelligence artificielle. Mais il y a une stratégie panafricaine qui va bientôt être publiée, avec une vision continentale du développement de l’IA.

De plus en plus, les jeunes qui lancent des startups s’y intéressent et ont une vraie soif de connaissances dans le domaine de l’IA. Cet intérêt croissant peut être accéléré avec l’aide internationale.

Cependant, il y a un mur dans certains domaines, et l’IA peut en effet être utilisée pour résoudre certains problèmes, y compris dans l’agriculture. Dans le secteur de la santé, l’IA pourrait en effet résoudre beaucoup de problèmes, notamment celui du manque de personnel.

L’autre élément qui est également très important est le développement de l’identité culturelle. L’Afrique a été considérée comme un continent avec une identité culturelle qui n’a pas réussi à s’imposer dans le monde. Avec le développement de l’IA, nous pourrions utiliser ce canal pour que les identités culturelles africaines soient mieux connues et mieux valorisées.

L’IA menace-t-elle l’Afrique par ses mauvais côtés ?

Pour moi,  la plus grande menace est la colonisation  Nous risquons de nous retrouver avec de grandes multinationales de l’IA qui imposeront leurs solutions sur tout le continent, ne laissant aucune place à la création de solutions locales.

La plupart des données actuellement générées en Afrique appartiennent à des multinationales dont l’infrastructure est développée en dehors du continent, où opèrent également la plupart des experts africains en IA. C’est une perte de talents africains.

L’autre élément important à prendre en compte s’inscrit dans le contexte de la quatrième révolution industrielle. La puissance de l’IA combinée aux progrès de la biotechnologie ou de la technologie pourrait être utilisée, et l’Afrique pourrait être l’endroit où toutes ces nouvelles solutions sont réellement testées.

Si cela n’est pas supervisé, nous pourrions nous retrouver avec des tests effectués sur des humains dotés de puces ou même d’éléments biotechnologiques intégrés que nous améliorons. Ce sont des technologies que nous ne maîtrisons pas bien. Sur le plan réglementaire, il y a certains aspects qui n’ont pas été pris en compte. Le cadre même de l’application des idées et des réglementations existantes n’est pas efficace.

Concrètement, et quand on ne contrôle pas ces choses, cela peut arriver sans qu’on le sache. L’Afrique pourrait servir de cobaye pour tester de nouvelles solutions, ce qui constituerait une grande, très grande menace pour le continent.

Pensez-vous que le nouveau groupe consultatif sur l’IA des Nations Unies sera une plateforme qui vous permettra de mettre ces problèmes sur la table ?

Oui, absolument. Nous avons commencé notre travail, et il est vraiment très ouvert. Il s’agit de personnes de haut niveau qui comprennent bien les questions internationales, et il n’y a pas de sujets tabous.

Il est important que la voix de l’Afrique soit représentée dans le groupe. La coopération scientifique internationale sera renforcée et ne se limitera pas aux grandes puissances. Au niveau international, elle inclut tout le monde et aide aussi les pays les moins développés.

Actuellement, il y a un vrai fossé, et si on ne le résout pas, on risque d’accroître les inégalités.

Source-AfriqueRenouveau