Des influenceurs ont reçu une proposition pécuniaire d’une agence présumée londonienne pour qu’ils critiquent le vaccin germano-américain au profit de celui d’AstraZeneca.

« Je viens de recevoir sur Instagram une demande de partenariat rémunéré genre 2000€ la story pour décrédibiliser le vaccin Pfizer-BioNTech (genre dire des effets indésirables graves, etc.). »

Depuis quelques jours, des messages similaires sont postés sur Twitter et font état d’une campagne de communication qui viserait les influenceurs sur Youtube et TikTok.

Sami Ouladitto (humoriste, avec près de 400 000 abonnés sur YouTube), Et ça se dit Médecin (interne en médecine, 84 000 abonnés Instagram) et Léo Grasset (vulgarisateur scientifique, 1,17 million d’abonnés à sa chaîne YouTube) ont partagé sur leurs comptes Twitter la même histoire: une agence les a contactés pour leur proposer un «partenariat» pour vertement critiquer le vaccin Pfizer/BioNTech. 

«C’est étrange. J’ai reçu une proposition de partenariat qui consiste à déglinguer le vaccin Pfizer en vidéo. Budget colossal, client qui veut rester incognito et il faut cacher la sponso(risation: ndlr). Éthique/20. Si vous voyez des vidéos là dessus vous saurez que c’est une opé(ration), du coup», raconte Léo Grasset. 

Même scénario décrit par les deux autres personnalités des réseaux, Sami Ouladitto et Et ça se dit médecin. «Incroyable. L’adresse de l’agence londonienne qui m’a contacté est bidon. Ils n’ont jamais eu de locaux là bas, c’est un centre laser esthétique! Tous les employés ont des profils LinkedIn chelous… qui disparaissent depuis ce matin. Tout le monde a bossé en Russie avant», a ajouté dans l’après-midi Léo Grasset. Pfizer, contacté par l’AFP, n’avait pas réagi lundi après-midi.

LIRE AUSSI  Des associations de consommateurs européennes portent plainte contre TikTok

Français approximatif 

Libérationqui a enquêté sur cette agence douteuse nommée Fazze, détaille la campagne: «Dans un français approximatif, elle leur propose une «campagne informationnelle» sur la vaccination en Europe.»

Déjà discutable, la proposition dérape complètement dans les consignes données aux influenceurs: «Dites que vous êtes intéressés par la vaccination. Expliquez qu’un rapport d’AstraZeneca a fuité et qu’il montre les taux de mortalité parmi la population vaccinée.» 

Toujours selon le quotidien, «elle souhaite voir abordés précisément les points suivants: «Le taux de mortalité du vaccin Pfizer est 3 fois plus haut par rapport à AstraZeneca selon les informations officielles. Les experts de AstraZeneca ont envoyé ce rapport aux régulateurs et aux principaux médias mais il n’a jamais été publié. Pourquoi? Pourquoi l’Union européenne achète le vaccin Pfizer en grandes quantités malgré les informations fournies? Il s’agit d’une monopoly [sic] et entraîne des dommages à la santé publique.»

Sur Twitter, cette histoire, très relayée, suscitait la créativité des internautes. «Vacciné au Pfizer depuis le 22/05/2021 et depuis tout ce qui est métallique est instantanément attiré par mon épaule et l’aimant qui est dedans», plaisante @LouisWitter en publiant plusieurs photos d’objets métalliques (téléphone portable, objectif d’appareil photo et même chaise en métal) comme scotchés à son avant-bras. 

Avec Letemps

LIRE AUSSI  Interdiction de TikTok aux USA: un juge tord le bras à l'administration Trump

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet