Dans « Snowden », diffusé dans la soirée du mardi 11 mai sur NRJ12, le réalisateur Oliver Stone met en scène l’histoire du lanceur d’alerte qui a révélé en 2013 la mise sur écoute massive des résidents aux USA et en Grande-Bretagne. L’occasion de revenir sur le parcours d’Edward Snowden, et ce qu’il est devenu depuis.

Il est considéré comme un héros des temps modernes. Edward Snowden a marqué l’histoire en dénonçant les pratiques de surveillance des services secrets américains. C’est en 2013 que cet ancien employé de la CIA et de la NSA, alors âgé de 29 ans à l’époque, a révélé au monde entier l’ampleur de la surveillance des échanges internationaux sur Internet par les États-Unis. Une histoire digne d’un scénario que le cinéma n’a pas voulu laisser de côté. C’est le réalisateur Oliver Stone, adepte des sujets américains brûlants (PlatoonW. l’improbable président, JFK ou encore World Trade Center) qui a décidé de populariser cette histoire, en réalisant Snowden en 2016. 

Se penchant sur l’un des plus grands scandales de surveillance jamais connu, ce biopic livre un portrait intime de ce célèbre lanceur d’alerte. C’est Joseph Gordon-Levitt (vu dans Inception et The Dark Knight Rises ) qui interprète Edward Snowden, aux côtés de Shailene Woodley et Nicolas Cage. 

LIRE AUSSI  Cyberguerre: Des hackers iraniens piratent un site web du gouvernement américain

L’après-révélation

Après ces révélations polémiques en 2013, Edward Snowden est alors accusé de haute trahison aux États-Unis. Celui-ci s’évade du pays, puis se réfugie brièvement à Hong Kong chez sept sans-papiers d’origine philippine et sri-lankaise. Cette idée provient de l’avocat canadien Robert Tibbo, qui propose de cacher l’ancien agent de la CIA parmi les réfugiés de Hong Kong. Ces derniers seront surnommés « les anges gardiens de Snowden », et subiront de nombreuses persécutions, à tel point que certains d’entre eux demanderont l’asile au Canada. 

Mais l’escapade n’est pas terminée pour Edward Snowden. Celui-ci embarque le 23 juin 2013 dans un avion à destination de la Russie. Au même moment, les États-Unis annulent son passeport. L’ancien informaticien est immobilisé et ne peut plus rejoindre l’Équateur, comme il l’avait prévu. ll passe alors un mois à l’aéroport de Moscou, dans l’attente d’un pays qui lui accorde l’asile. Ce sera finalement la capitale russe qui finira par le lui donner. 

Son quotidien secret

Depuis, l’homme le plus recherché des Etats-Unis mène une vie presque normale en Russie (qui a prolongé son droit d’asile en 2017 pour trois ans). En 2018, interrogé par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, il avait confié : « Je voyage en métro, je vis dans un appartement avec ma copine et je paye le loyer. » Peu d’autres informations ont été révélées sur son quotidien depuis. Edward Snowden fait en général profil bas et n’utilise ni carte de crédit, ni téléphone portable. La totalité de ses échanges sont codés et passent ensuite par ses avocats. Néanmoins, il participe à des vidéoconférences sur la sécurité informatique ou sur la liberté de la presse pour accéder à un revenu, et nie avoir jamais travaillé pour les services de renseignement russes. 

LIRE AUSSI  Une juge fédérale de Californie bloque un décret de Trump voulant restreindre l'utilisation de WeChat

Le 17 septembre 2019, le célèbre lanceur d’alerte a également publié ses mémoires, intitulées Mémoires vives et publié aux Éditions du Seuil. Celles-ci ont été tirées à 70 000 exemplaires ont rencontré un franc succès en librairie. Par ailleurs Edward Snowden a également réitéré sa demande d’asile auprès de la France (en septembre 2019 au micro de France Inter). Une demande qui n’a reçu aucune réponse pour le moment. 

Par vanityfair.fr

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet