Dans une interview avec nos confrères de Jeune Afrique, Philippe Le Houérou, Directeur Général de l’IFC, la branche secteur privé de la Banque mondiale a abordé plusieurs questions liées au développement de l’emploi, au secteur informel et surtout à l’entreprenariat.

Selon lui , l’Afrique a besoin de 1,7 million d’emplois supplémentaires chaque mois. Il est donc incontournable. Mais, pour ce faire,  les états devraient  travailler avec l’informel.

Lire aussi l’article : Numérique : Au-delà des promesses électorales, il faut repositionner le Sénégal

Philippe Le Houérou explique dans l’interview que « les réglementations et les services financiers doivent répondre à ses attentes afin d’encourager l’entrepreneuriat, de soutenir le développement des entreprises et l’embauche. Pour que ces entreprises puissent un jour rejoindre l’économie formelle et donner du travail, elles doivent d’abord être identifiées et localisées par les banques, qui pourront alors leur offrir les services financiers dont elles ont besoin. »

L’expert financier  donne une importance capitale au numérique qui est crucial pour le développement de l’entreprenariat .

« Cela permet aux petites entreprises de migrer d’un écosystème informel fondé sur l’argent en espèces vers le paiement électronique. Il est donc urgent de réduire le déficit technologique qui empêche de trop nombreux entrepreneurs du continent de participer pleinement aux échanges commerciaux. Il faut enfin que gouvernements et secteur privé travaillent ensemble pour accroître l’accès aux marchés et aux financements. Pour y parvenir, la formalisation – notamment la création d’entreprise et le respect de la réglementation – doit coûter moins et apporter plus de bénéfice » propose-t-il.

.

Comments

comments