dimanche, février 5, 2023

Trafic de passports de service : l’ASEPEX au coeur de la mafia

0 commentaire

Arrêtée par la Division des investigations criminelles (Dic) dans l’affaire du trafic de passeports de service, Khardiata Tandian la cheffe du service  juridique et partenariat de l’Asepex  a fait des aveux complets.

Le ministère des Affaires étrangères a alerté les hommes du commissaire Adramé Sarr sur un trafic de passeports de service dont les bénéficiaires avaient déposé des demandes de visa à l’Ambassade des Usa à Dakar. Les recoupements, effectués auprès des américains, ont permis de confirmer, que les candidats avaient aussi déposé des ordres de mission et notes verbales qui se sont révélées fausses après vérification.

En collaboration avec l’ambassade des Usa, qui a prié les concernés de venir récupérer leurs passeports, le Groupe de recherches et d’interpellations (Gir) de la Dic a mis en place une souricière au sein même de la représentation diplomatique. Tour à tour, les enquêteurs ont arrêté Aminata Dramé (informaticienne), Adama Babou (chef d’une unité départementale des Asp), Ibrahima Ndiaye (tailleur), Guido Diallo (chauffeur), Chérif Ndiaye (commerçant), et Aliou Camara (marchand ambulant).

Interrogés sommairement, ils ont tous déclaré avoir été démarchés pour le compte de Khardiata Tandian, cueillie le même jour. Les candidats au voyage ont révélé que c’est cette dernière qui a effectué toutes les démarches pour l’obtention des passeports de service ainsi que les faux ordres de mission et notes verbales sur lesquels les candidats étaient présentés comme des directeurs généraux de sociétés nationales devant se rendre à un forum en marge du sommet Afrique-France.

En contrepartie, ils ont, chacun, payé à Khardiata Tandian la somme de 5 millions de Fcfa. Interrogée sous le régime de la garde à vue, Khardiata Tandian est passée aux aveux. En sa qualité d’agent de l’Etat, en service à l’Agence sénégalaise pour la promotion des exportations informe le journal Libération parcouru par Socialnetlink.