samedi, juillet 20, 2024

L’horreur médiatique : l’autre nom d’une certaine monstrueuse presse sénégalaise

0 commentaire

Le Sénégal a connu un vendredi de la honte pour une partie de sa presse.

Depuis plusieurs années, la prestigieuse presse sénégalaise est envahie par une horde des nervis et autres mercenaires médiatiques, sans foi ni loi, à la solde de Sonko et de son système de mensonges et de manipulations.

Toutefois personne ne pouvait s’attendre à ce qui s’est passé ce vendredi 17 novembre 2023

Une bonne partie de presse a été coupable de diffusion de fausses nouvelles en relayant une mensongère victoire de Sonko à la Cour suprême et sa participation à l’élection présidentielle de 2024.

Certains médias mensonges sénégalais diffusent avec beaucoup de légèreté, sans vérification et recoupement, tous les mensonges de Sonko.

Toutes ses contre-vérités de Sonko passent comme lettre à poste à travers les médias mercenaires ou autres escrocs pompeusement appelés chroniqueurs :
1. le faux non paiement de l’impôt par les députés,
2. l’imaginaire détournement de 94 milliards de francs cfa,
3. le faux rapport relativement à un détournement de 29 milliards de francs Cfa du Prodac,
4. l’imaginaire exploitation depuis 2016 du pétrole et gaz en haute mer par le Sénégal.

Le grave manquement à l’éthique et à déontologie, du journalisme digne de ce nom, peut , à tout moment, brûler le Sénégal comme cela a été le cas en 2021 à la suite du complot imaginaire prétendument ourdi pour empêcher à Monsieur Sonko d’être candidat à l’élection présidentielle de 2024.

Cette tendance affligeante du traitement de l’information constitue la plus grande menace qui pèse sur notre pays.

Le Sénégal n’est pas à l’abri de la tristement célèbre « Radio des mille collines » qui a été à l’origine du génocide rwandais.

Pour ne pas en arriver au pire et face au silence coupable et honteux des acteurs de la presse, le Conseil des Diffuseurs et Éditeurs de Presse du Sénégal (CDEPS), le Synpics, le Cored, l’Association de la Presse en Ligne, APPEL, la Coordination des Associations de Presse (CAP), la Convention des jeunes reporters, le gouvernement sénégalais, pour ce qui le concerne, le gouvernement de la République du Sénégal doit prendre ses responsabilités et poursuivre tous les médias qui ont relayé les manipulations du camp de Sonko.

Aux indispensables actions judiciaires doivent s’ajouter le retrait des licences pour les médias classiques ont diffusé les mensonges du camp de Sonko et la fermeture des sites internet ou YouTube qui se comportent comme des cellules de propagande du funeste ex Pastef.

Vive la République !

Vive le Sénégal !

Moustapha Diakhaté