mardi, mai 28, 2024

ARTP : RESTIC invite le nouveau DG à faire de la fracture numérique et digitale une priorité

0 commentaire

Le Rassemblement des Entreprises du Secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (RESTIC) se félicite de la nomination d’un professionnel expérimenté des TIC et du numérique en tant que nouveau Directeur de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes. L’organisation exprime également son engagement à soutenir le nouveau Directeur, Dahirou Thiam, dans la réalisation de ses objectifs.

Le RESTIC aspire à ce que le secteur des TIC contribue de manière significative à la croissance future du secteur tertiaire, représentant 20% du PIB du Sénégal d’ici 2030.

Selon le communiqué du RESTIC , la régulation revêt une importance cruciale dans les communications électroniques, d’où la nécessité d’impliquer tous les acteurs du secteur dans la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route axée sur le numérique, le digital, les TIC, la cybersécurité et l’intelligence artificielle.

L’organisation exhorte les autorités à accorder une attention particulière à plusieurs points urgents, notamment le traitement équitable des opérateurs pour l’acquisition des fréquences basses en vue d’un déploiement efficace de la 5G, ainsi que la question des opérateurs d’infrastructures. Elle souligne également la nécessité d’améliorer l’accès aux données via la fibre optique ou le réseau mobile, en particulier dans les régions, afin de résoudre les disparités territoriales en matière d’accès à internet.

Le RESTIC encourage le nouveau directeur à rétablir la justice et l’équité au sein du personnel de l’ARTP, en tenant compte notamment des cadres et agents affiliés au passé politique, qui ont été licenciés, rétrogradés ou mutés de manière injustifiée. L’organisation réclame également un audit de l’ARTP pour l’utilisation des fonds provenant des licences 5G, ainsi que des relations plus transparentes et responsables entre la Direction Générale de l’ARTP et le collège de régulation, afin d’assurer une gestion plus efficace de l’autorité indépendante.