Les star-up de l’Afrique sont en train d’effectuer de fascinantes réalisations avec les technologies de l’information et de la communication. Cependant, elles rencontrent des problèmes d’accompagnement, de financement, etc.

Doté d’un financement de 1.640 milliards de FCfa, l’initiative « Choose Africa » veut accompagner plus de 10.000 start-up et Pme africaines d’ici à 2022.

Le ministre de l’Économie et des Finances de la France, Bruno Le Maire, et son homologue sénégalais, Amadou Ba, vont lancer, vendredi, à Dakar, l’initiative «Choose Africa». Programme phare lancé par la France en faveur des Pme et start-up africaines, cette initiative vise à accompagner, d’ici à 2022, plus de 10.000 d’entre elles à grandir pour contribuer à la création d’emplois et à l’accès à certains services. Piloté par l’Agence française de développement (Afd) via son démembrement en charge du secteur privé Promotion et participation pour la coopération économique (Proparco), « Choose Africa » entend jouer un rôle capital dans le développement des Pme et start-up africaines.

Lire aussi: Pourquoi les investisseurs et les business angels doivent investir dans les startups africaines?

Selon Pierre Maspoli, représentant de Proparco au Bureau de l’Afd à Dakar, ce sont près de 1.640 milliards de FCfa qui sont prévus pour le financement de cette initiative. Il est ainsi prévu 656 milliards de FCfa en fonds propres à travers des investissements directs dans des entreprises ou via des investissements dans des fonds de capital-investissement orientés vers les Pme et 984 milliards de FCfa en lignes de crédit et garanties accordées aux banques locales et dédiées aux Pme ou garanties accordées aux banques pour couvrir le risque Pme. « Aujourd’hui, seules 20 % des Pme en Afrique ont accès au prêt bancaire et 87 % des start-up n’ont accès à aucun financement. Pour permettre à ces petites entreprises de se lancer, de se développer et de prospérer, il est indispensable de leur proposer des financements diversifiés et adaptés à leur stade de développement », a expliqué Pierre Maspoli.

Dans les pays en développement et émergents, les Pme représentent 90 % des entreprises formelles et créent 60 % des emplois formels ; ce qui assure, en moyenne, 40 % des Pib nationaux, rappelle-t-il. Malgré ce dynamisme et ce rôle capital, le manque de financements adaptés reste leur obstacle numéro un, « celui qui freine l’ambition de l’entrepreneur et bride le potentiel de son entreprise », a-t-il ajouté.

Lire aussi: Live SocialHub : Débat sur « l’Ecosystème des Startups au Sénégal »

Ainsi, le groupe Afd va proposer, dans cette initiative, des solutions d’accompagnement technique et de conseils stratégiques aux entreprises, quel que soit leur stade de développement. Un accompagnement qui se fera grâce à l’appui de programmes d’incubation et d’accélération, en améliorant la compétitivité des Pme et l’attractivité du territoire, et à travers le soutien aux politiques publiques favorables aux start-up et Pme. Pour la directrice de l’Antenne de Dakar de l’Afd, Laurence Hart, tous les secteurs d’activités en dehors de ceux du pétrole et des hydrocarbures, sont éligibles à cette initiative avec un accent particulier sur le numérique qui, selon elle, porte l’innovation. Cette initiative couvre tous les pays du continent africain et est porté par le président français, Emmanuel Macron.

Avec Le Soleil

Comments

comments