Le football est un jeu aussi passionnant que le fait de faire des paris sportifs en ligne. Considéré comme le sport roi, c’est le seul jeu au monde qui réunit des milliers de spectateurs. Également, le football est de nos jours une industrie qui brasse des millions d’euros par le transfert des joueurs. Mais derrière un bon match de football, il y a les entraînements et une fois sur la pelouse, il y a une main invisible qui guide les joueurs. C’est bien l’entraîneur, qui est un maillon essentiel dans ce jeu. Le football en a connu de grands à l’image d’Arrigo Sacchi, Rinus Michels, Johan Cruyff, Sir Alex Ferguson ou encore Pep Guardiola. Cependant, il est temps d’y associer l’intelligence artificielle.

À l’heure où les technologies évoluent, pourrait-on envisager le remplacement des coachs par les algorithmes d’une machine ?

Un match, c’est les temps morts, c’est l’ambiance, c’est la panique et le stress. Gagner des matchs, c’est avoir de bons joueurs capable de mettre des buts et d’autres joueurs capable de défendre ses buts et de ne pas encaisser. Il arrive pourtant de voir des équipes avec une multiplicité de bons joueurs et qui alignent des performances exécrables.

D’un autre côté, une équipe modeste avec très peu de grands joueurs peut également réaliser de belles performances. C’est bien à ce niveau qu’il faut sortir toute l’importance des entraîneurs de football.

La tactique de jeu, le choix des onze entrants, les modifications de poste en cours de jeu, le remplacement des joueurs et surtout la direction des séances d’entraînements, c’est bien à cela qu’on reconnaît le coach.

Lire aussi: Les obstacles au développement de l’Intelligence artificielle en Afrique

Outre cela, l’entraîneur est le bon parleur, l’éveilleur de conscience, le psychologue qui sait parler à chaque joueur de façon individuelle et qui sait tenir de bons discours dans les vestiaires. Aujourd’hui, le FC Barcelone, club de l’élite espagnole doit le « tiki-taka » au technicien espagnol Pep Guardiola. Avec Barcelone, face à Santos en finale de la Coupe du monde des clubs 2011, Guardiola n’hésita pas à faire évoluer son équipe dans un système inédit 3-7-0, suite aux absences de David Villa et Alexis Sanchez pour ladite finale.

La résultante fut une victoire sans 4-0. Également, Sir Alex Ferguson est bien le coach qui a tout remporté avec Manchester United malgré les arrivées et les départs incessants du club et cela sur plusieurs générations de joueurs. Pour dire, les entraîneurs sont le socle de la réussite au football.

L’intelligence artificielle pour substituer les entraîneurs ?

La technologie évolue. Aujourd’hui, l’arbitrage vidéo inexistant autrefois permet de revenir sur des fautes qui échappent à l’appréciation du corps arbitral. La révolution technologique en marche prévoit une base de données, une machine assez solide permettant de se passer du travail colossal des entraîneurs. Il s’agira pour la machine de surveiller l’état physique des joueurs. L’intelligence artificielle permettra de suivre un joueur le long d’une saison et de savoir sa forme à la base des données enregistrées.

Ainsi, un joueur peu productif lors d’un match pourrait perdre sa place de titulaire selon les données recensées par la “Big data”. Cette dernière et l’intelligence artificielle peuvent être aujourd’hui un excellent outil pour résoudre les problèmes de contre-performances, disposer de l’ensemble de données qui peuvent avoir un impact sur le déroulement d’un match et d’une saison, modéliser les capacités techniques et physiques d’un joueur.

Lire aussi: Un Sénégalais à la tête du premier centre de recherche en intelligence artificielle de Google en Afrique

Mais il est important de noter que la super machine permettra de rationaliser le football et d’aligner habituellement les joueurs conditionnés sans tenir compte du rôle qu’un joueur clé peut apporter sur le terrain même en forme moyenne. Également, l’intelligence artificielle ne permettra pas de déterminer précisément la vision de jeu de Lionel Messi ou encore Cristiano Ronaldo ou même justifier la raison selon laquelle Edinson Cavani peut être super bon ou moins bon lors d’une rencontre. L’aspect psychologique serait sans doute entaché avec un entraîneur électronique.

La technologie est devenue de nos jours un mal nécessaire. Les entraîneurs de football sont avant tout des psychologues et peuvent à un moment ou l’autre se mettre dans la peau d’un joueur. Les statistiques ne déterminent pas toujours la forme du joueur. L’état psychologique de l’équipe peut motiver ou altérer la performance d’un joueur.

Il serait acceptable de faire assister les entraîneurs dans la planification des entraînements et la préparation des matchs par une machine. Toutefois, la technologie permettant de jauger l’intuition et la compréhension du jeu des entraîneurs n’est pas susceptible d’être une réalité.