Officiellement reconnu en France depuis 2016, l’eSport gagne petit à petit ses lettres de noblesse. Les écoles pour devenir pro gamer ou pour évoluer dans le secteur de l’e-gaming se développent sur tout le territoire, preuve que le marché de l’emploi s’est ouvert à cette nouvelle économie.
Régulièrement cités en une des journaux lors de faits divers, les jeux vidéo et les joueurs sont souvent victimes de préjugés. Voici une petite mise au point pour démêler le vrai du faux d’un secteur d’activité pourtant très dynamique.

Les jeux vidéo pèsent sur le secteur économique

VRAI. D’après le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (S.E.L.L.), le chiffre d’affaires du marché du jeu vidéo en France a atteint 4,8 milliards d’euros en 2019, réalisant ainsi sa deuxième meilleure performance après une année 2018 historique. Et l’année 2020 s’annonce très prometteuse puisqu’elle enregistre pour le mois d’avril, un record concernant les dépenses liées aux jeux vidéo dans le monde. D’après les chiffres du cabinet Superdata, les jeux vidéo ont généré sur ce seul mois 10,5 milliards de dollars après les 10 milliards de dollars de revenus enregistrés en mars. Les chiffres du mois de mai confirment cet engouement pour les jeux vidéo pendant la période de confinement avec 10,2 milliards de dollars de revenus totalisés. Toujours selon Superdata, le marché mondial a enregistré une année 2019 record avec 120,1 milliards de dollars de revenus générés.

Les jeux vidéo, ça n’intéresse que les garçons

FAUX. L’essentiel du jeu vidéo de février 2020, publié par le S.E.L.L. montre que 48 % des joueurs sont des joueuses ! On est donc bien loin d’une exclusivité masculine. Leur moyenne d’âge est de 39 ans, contre 42 ans pour les hommes. La France compte d’ailleurs une championne du monde en la personne de Marie-Laure Norindr, plus connue sous le pseudonyme de Kayane, joueuse professionnelle devenue championne du monde de SoulCalibur et de Super Street Fighter IV. Elle détient d’ailleurs le record Guinness du nombre de podiums en compétition sur des jeux vidéo de combat avec 42 médailles.

Les jeux en réseau ne cessent d’attirer de nouveaux joueurs et d’intégrer de nouvelles technologies.

Le milieu de l’eSport ne s’adresse qu’aux geeks
FAUX. Les jeux vidéo et l’eSport, ce n’est pas une affaire de geeks ! Les jeux vidéo s’adressent à tous publics et à toutes les générations. Bien sûr qu’il vaut mieux être passionné pour évoluer dans ce secteur, d’autant qu’il ne concerne pas uniquement des joueurs professionnels, mais une multitude de métiers allant aussi bien du responsable communication au graphiste, du streamer au community manager ou encore du data analyst à l’organisateur d’événements. Les profils dits techniques ne sont pas l’apanage des jeux vidéo ! Les geeks sont par ailleurs souvent associés à des personnes isolées, or nombre de jeux en réseau montrent au contraire que les joueurs ont énormément d’interactions sociales et qu’ils partagent beaucoup entre eux.

Les jeux vidéo, ça n’a jamais été du sport

VRAI et FAUX. Cela est vrai puisque historiquement, le jeu vidéo est avant tout un loisir. Avec l’évolution des technologies et de la société, ses usages ont été contournés. L’apparition de jeux vidéo en réseau, de la réalité virtuelle, de chaînes de diffusion sur Internet et du sport business ont fait apparaître un nouvel écosystème. Aujourd’hui, les sponsors s’arrachent les joueurs et les compétitions professionnelles, et les pros gamers s’entraînent et ont une hygiène de vie similaire à celle de sportifs « reconnus ».
Le eSport va devenir une discipline olympique
VRAI. Preuve que les jeux vidéo sont devenus un sport à part entière, l’eSport est en passe de devenir discipline olympique. Ils devaient d’ailleurs être présents en marge des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, reportés pour cause de Covid-19, afin d’être présentés à un large public international. Le CIO a décidé de ne pas l’inscrire pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 car ils ne veulent « rien avoir à voir avec ces jeux où on s’entretue » explique Thomas Bach, Président du CIO. Les discussions se poursuivent donc pour arriver à un compromis pour finaliser cette candidature.

Il existe des écoles spécialisées en eSport

VRAI. De nombreuses écoles ont ouvert leurs portes ces dernières années pour répondre à cet engouement et à ce nouveau secteur d’activité. Certaines proposent des formations pour devenir pro gamers, d’autres se spécialisent sur le secteur du jeu vidéo et ses nombreux métiers. Et les places sont chères, puisque de nombreux candidats souhaitent franchir les portes de ces nouveaux campus. Ces écoles spécialisées, comme XP, offrent des formations dédiées au secteur du jeu vidéo en combinant programme théorique et expérience professionnalisante.

Trois questions à Cyril Anaya et Georges Naoum, directeurs des campus XP, écoles de l’Esport Business et du Gaming à Lyon et Bordeaux :
Le secteur des jeux vidéo a considérablement évolué ces 15 dernières années. Comment cela s’est traduit en matière de formations ?

En effet, le site Newzoo (spécialisé dans l’analyse et la connaissance du marché des jeux) affirmait que les revenus de l’esport dépasseraient le milliard de dollars en 2020, notamment grâce aux droits médiatiques et au sponsoring qui connaîtraient chacun une hausse de 17 %. L’année dernière, le championnat de League of Legends a fortement intéressé les fans d’esport avec près de 105,5 millions d’heures de contenus visionnés et l’Overwatch league est arrivée sur la deuxième marche du podium avec 104,1 millions d’heures. Et Newzoo estime que l’esport pourrait attirer près de 500 millions de personnes en 2020 (100 millions de plus qu’en 2018) dont 272 millions de téléspectateurs occasionnels. La pandémie aura certes vu le nombre d’événements esport se réduire pendant la crise, mais aura gonflé nombre d’audiences et fait s’intéresser de nouveaux publics à Twitch. Une fois les effets de la crise économique passés (sur le sponsoring notamment) l’esport pourra continuer sereinement à croître.

Pour ce qui est des formations, il faut savoir qu’à l’origine l’esport réunissait des talents partageant la même passion, mais ayant appris sur le terrain sans la moindre formation dédiée autre que les diplômes provenant d’horizons divers. Aujourd’hui, les années ont passé, et l’expérience du terrain alliée aux innovations de l’économie 2.0 a permis de mettre en place plusieurs formations diplômantes correspondant à de réels besoins de postes dans le milieu du sport électronique. Il s’agit aussi d’un secteur qui compte de nouveaux métiers et espaces de création : du digital au business développement en passant par l’événementiel, les voies professionnelles sont riches. Cet écosystème veut aller plus loin pour attirer de plus en plus de talents qui ont la passion du jeu vidéo et qui y voit une opportunité de carrière.

L’e-sport ne se réduit pas aux joueurs professionnels. Quels sont les métiers du secteur des jeux vidéo ?

Le sport électronique se pratiquant sur les jeux vidéo, il est nécessaire de savoir y jouer et connaître cet univers pour évoluer dans le milieu. En revanche, nul besoin d’être un as de la manette ou un virtuose du clavier pour pratiquer l’une des dizaines de professions disponibles. Toutefois si votre ambition est de devenir joueur professionnel ou d’intégrer l’encadrement « esportif » d’une équipe, un bon niveau et une excellente connaissance des jeux seront nécessaires.

Avec le développement tous azimuts du sport électronique et son ouverture à différents métiers (communication, team management, gestion, RH, performance, etc.), un véritable besoin de postes s’est fait sentir et a fourni des emplois rémunérés dans des structures et agences esportives, ou bien dans les départements esport de diverses entreprises, organisations ou collectivités.

Quels sont les événements phares organisés par votre campus ?
Plusieurs évènements ont été organisés par les trois campus XP ouverts cette année à Paris, Lille et Lyon. Par l’intermédiaire de leur BDE respectif, les étudiants organisent des tournois ouverts au public au sein des campus, leur permettant de mettre en pratique ce qu’ils ont appris durant leurs différents modules en événementiel.

Également, les étudiants XP participent et prennent part à l’organisation, en tant que bénévoles, des grands évènements esport français Barrière Esport Tour à Lille, Village League of Legends organisé par la ville de Paris, La Lyon E-sport, etc. Worlds 2019. Il est important pour nous que l’école puisse former les acteurs du milieu qui opéreront les transformations majeures du secteur.

Article réalisé en partenariat avec les équipes de XP.

Avec futura science

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet