Tesla a investi 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin et prévoit d’accepter la devise virtuelle comme moyen de paiement pour ses voitures, une marque de confiance en la cryptomonnaie aussi soupçonnée par ailleurs d’être utilisée pour des transactions illégales.

 

Dans la foulée de cette annonce, le cours de la cryptomonnaie s’est envolé jusqu’à 44.768,36 dollars à 13H25 GMT, un record.

Il suffit donc en théorie d’un seul bitcoin pour acheter la voiture Model Y de Tesla, un 4X4 de ville (SUV), vendue au prix de base de 41.990 dollars sans crédit d’impôt.

Selon l’AFP, cette initiative n’est pas une surprise car Elon Musk, le patron du constructeur de véhicules électriques réputé pour ses positions iconoclastes, fait depuis longtemps l’éloge des cryptomonnaies.

Il avait fin janvier modifié temporairement sa mini-description sur Twitter pour inscrire simplement #bitcoin, ce qui avait alors fait temporairement bondir son cours d’environ 20%.

L’homme le plus riche du monde, sur le papier, mentionne aussi régulièrement sur son compte le Dogecoin, une obscure devise virtuelle, provoquant à chaque fois une flambée de sa valeur.

Mais la décision annoncée lundi dans un document adressé au gendarme de la Bourse américain, la SEC, relève d’une autre dimension puisqu’elle a été validée par le conseil d’administration de Tesla, qui vaut plus de 800 milliards de dollars à Wall Street.

LIRE AUSSI  Qu'est-ce que le bitcoin, la reine des cryptomonnaies?

Le groupe explique avoir changé récemment sa politique d’investissements afin de diversifier ses sources de liquidités. Dans ce contexte, le conseil d’administration a autorisé l’entreprise à investir dans différents actifs financiers, dont le bitcoin.

Tesla prévoit par ailleurs de « commencer à accepter le bitcoin comme moyen de paiement lors d’achat de ses produits dans un avenir proche ».

– Réputation sulfureuse –

Le bitcoin garde pourtant une réputation sulfureuse.

Si certains spéculateurs n’hésitent pas à parier sur ses fluctuations sur les marchés et diverses plateformes en ligne, aucune grande banque centrale ne reconnait le bitcoin comme une devise à part entière.

Créée par des anonymes et gérée par un réseau décentralisé, la monnaie virtuelle est particulièrement volatile. Cette instabilité et l’anonymat qu’elle procure à ses utilisateurs sont mal accueillis par les autorités, qui appellent à une plus stricte régulation.

Les coulisses du bitcoin


Janet Yellen, la nouvelle secrétaire au Trésor de Joe Biden, a ainsi averti récemment que les cryptomonnaies étaient « principalement utilisées » pour le financement d’activités illicites et que le gouvernement devait s’assurer qu’elles ne deviennent pas un moyen de blanchir l’argent sale.

LIRE AUSSI  Les blockchains, un moyen de démocratiser l’accès à la monnaie

La décision de Tesla pourrait faire bouger les lignes.

« Qu’Elon Musk soit un fan de cryptomonnaies était connu. Que Tesla investisse à grande échelle transporte les investisseurs au 7e ciel », estime ainsi Timo Emden, analyste indépendant basé en Allemagne et spécialisé dans les cryptomonnaies.

Les moyens d’acheter des bitcoins, entiers ou en fraction, se sont multipliés ces dernières années.

En octobre, le géant des paiements en ligne Paypal a lancé un service d’achats, de ventes et de paiement par cryptomonnaie, tandis que Square, une société spécialisée dans les paiements mobiles, annonçait avoir investi 50 millions de dollars dans le bitcoin.

BlackRock, qui gère des milliers de milliards de dollars pour le compte de fonds administrant les retraites de fonctionnaires et d’entreprises ou de riches fortunes, a aussi apporté sa légitimité en ajoutant fin janvier la devise virtuelle à la liste des produits financiers dans lequel il pouvait investir.

La question est désormais de savoir si d’autres grandes entreprises vont imiter Tesla.

La décision du constructeur braque les projecteurs sur le pouvoir d’Elon Musk sur les marchés: à chaque fois qu’il mentionne une entreprise ou une devise virtuelle sur son compte Twitter, sa valeur décolle temporairement.

LIRE AUSSI  Twitter: Des comptes de personnalités américaines et de grandes entreprises victimes d'un piratage aux cryptomonnaies

Elle pourrait aussi être examinée de près par le gendarme des marchés, avec lequel Elon Musk s’est brouillé par le passé.

« Vu ses récents commentaires, et le fait qu’il a ajouté #Bitcoin sur sa biographie Twitter le 29 janvier, cela soulève aussi la question d’une possible manipulation de marché », estime Neil Wilson. Pour cet expert de chez CMC Markets, il serait par exemple intéressant de savoir si Tesla a investi 1,5 milliard de dollars avant ou après cette mention.

Elon Musk s’est fait taper sur les doigts par la SEC, qui l’a contraint à abandonner le poste de président du conseil d’administration de Tesla après un tweet mentionnant en 2018 un possible retrait de la Bourse du groupe alors qu’il n’avait pas les reins financiers assez solides pour une telle opération.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet