Des universitaires, intellectuels, artistes et acteurs de la société civile et politiques ont procédé, mercredi, au lancement des activité de la nouvelle plateforme de concertation et de débat intellectuel et scientifique dénommée « Péncum Warc », a constaté l’APS. 

« Péncum Warc sera un espace ouvert, de dialogue intergénérationnel sur toutes les questions qui interpellent les citoyens de notre cher pays », a fait savoir la professeure Penda Mbow, lors de la conférence de presse de lancement de la plateforme.

L’évènement a été marqué par la tenue d’un panel sur le thème : « Dialogue Politique Intergénérationnel : Regards Croisés sur les Pratiques Politiques au Sénégal ». Selon Penda Mbow, historienne, par ailleurs ancienne ministre de la Culture, « il est grand temps que les intellectuels, artistes et esprits ouverts de ce pays se mobilisent pour que le Sénégal redevienne le centre de l’Afrique pour la construction d’un espace sous-régional intégré.’’ Elle a ajouté qu’il s’agit également de « dire à nos politiques que nous ne pouvons pas toujours aller vers la direction indiquée ». Elle a plaidé pour « l’implication de toutes les forces vives de la nation, y compris surtout la jeunesse (…) ». Penda Mbow a par ailleurs annoncé que des rencontres périodiques vont ainsi se tenir tous les mois, pour discuter des questions essentielles d’actualité.

LIRE AUSSI  Protections de Données personnelles : l’ARCEP du Burkina du Faso s’imprègne de l’expérience sénégalaise

« Cet espace sera ce que vous en ferez, mais non ce que voudraient en faire les initiateurs », a-t-elle lancé à l’assistance. Le professeur Pape Demba Sy a souligné pour sa part que « le débat est tellement bas qu’on ne pose pas de sérieuses questions sur l’avenir de ce pays ».  Pr Sy a notamment évoqué l’indiscipline généralisée chez les jeunes. Autant de questions qu’il faudrait prendre en compte dans les réflexions, face à une société plurielle et pluraliste, avec une sédimentation et plusieurs temporalités qui se rejoignent, a-t-il soutenu. L’enseignant chercheur à l’UCAD, Ousmane Khouma, a de son côté estimé qu’il est important dans une démocratie de mettre en place un cadre de concertation permanent entre les acteurs politiques, accompagnés par la société civile, pour permettre au pouvoir d’avoir un interlocuteur permanent identifiable pour discuter sur les principes par nature distendus, en vue notamment de trouver un consensus sur les règles et procédures, gage de stabilité. Son collègue, Haadi Faal, a quant à lui, mis l’accent sur « l’impératif d’avoir une société instruite et cultivée’’ ainsi que le lien qui existe entre ’’la dégradation politique et le niveau scolaire’’ car explique-t-il, ’’les sachants cultivés ne peuvent se permettre certaines choses’’.

LIRE AUSSI  Mouhamadou Bamba Bathily, Cyber221: "nouveau type de dérives qui menacent les internautes et les entreprises"

Par APS

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet