mardi, mai 28, 2024

Quatrième Forum REMAPSEN : Présentation du panorama général de l’épidémie de VIH/SIDA

0 commentaire

Les travaux du Forum des Journalistes Africains de Lutte contre le VIH-SIDA, REMAPSEN, se tient à Dakar les 8, 9 et 10 novembre. Dans le cadre de la journée d’ouverture, la communication relative à la situation générale de l’épidémie en Afrique Centrale et de l’Ouest a été présentée. Il confirme que le VIH/SIDA continue d’être une menace pour la santé publique dans les deux régions, où 5 millions de personnes vivent avec le VIH.

La Guinée équatoriale est le pays où la prévalence est la plus élevée, suivie du Congo, de la Guinée-Bissau et du Cameroun. Ces derniers pays ont réalisé une réduction significative des nouvelles infections à VIH et des décès liés au sida entre 2010 et 2021, mais insuffisante pour atteindre les objectifs fixés pour 2025. Le Congo et la Guinée équatoriale sont les deux seuls pays où les nouvelles infections et les décès dus au sida ont augmenté dans la dernière décennie.
Pour des raisons d’inégalités importantes entre les sexes dans la prévalence et l’incidence du VIH, en particulier chez les 15-24 ans, les populations clés représentent une grande proportion des nouvelles infections, et la prévalence du VIH est plus élevée chez les personnes transgenres et les femmes actives de la région. Des lacunes importantes dans l’atteinte des objectifs 95-95-95 chez les enfants et dans la couverture de la PTME, entraînant une transmission verticale élevée.
La région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre compte le plus grand nombre de femmes enceintes séropositives non sous traitement (43 % dans le monde). La région représente plus d’un tiers des nouvelles infections verticales au VIH dans le monde, et plus de 60 % d’entre elles proviennent de mères qui n’ont pas reçu de traitement antirétroviral pendant la grossesse ou l’allaitement.
La région a la plus faible couverture en ARV chez les enfants au niveau mondial (35 %) et la couverture chez les enfants est bien inférieure à celle des adultes (82 %), ce qui entraîne un nombre élevé de décès dus au sida chez les enfants. La prévalence du VIH chez les femmes adultes (1,7 %) est plus élevée que chez les hommes adultes (0,9 %). Chez les femmes adultes, la prévalence dépasse 5 % dans de nombreuses régions de la Guinée équatoriale, du Congo, du Gabon et du Cameroun.
Bien que les femmes et les filles représentent 49,8% de la population totale de la région, elles représentent 63,4% (3,14 millions) de toutes les PVVIH en AOC. De 2010 à 2021, les nouvelles infections à VIH ont été réduites de 43 % et les décès dus au sida de 50 % en Afrique de l’Ouest et du Centre (mais encore loin des objectifs de 2025). Deux exceptions : Congo : +41% décès SIDA et +56% nouvelles infections ; et Guinée équatoriale : +44 % de décès dus au sida et +29 % de nouvelles infections.
Les 5 pays les plus peuplés comptent 74% de toutes les personnes vivant avec le VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre. Les pays où la prévalence du VIH est la plus élevée sont : la Guinée équatoriale (4,5 %), le Congo (2,36 %), la Guinée-Bissau (1,98 %) et le Cameroun (1,84 %).
La situation de la région AOC par rapport au niveau mondial en 2021 est la suivante : 7,8% de la population mondiale, 610 millions de personnes dont 49,8% de femmes ; 13% des PVVIH dans le monde, soit 5 millions de PVVIH 21% de tous les décès dus au SIDA et 39% des décès dus au SIDA chez les enfants. Nigeria : 37% (224 millions) de la population en AOC mais 39% (1,9 million) des PVVIH de la région et le plus grand nombre de décès du SIDA chez les enfants au monde (18%).

Le VIH Sida est une réalité. Malgré les mesures de prévention, les chiffres restent tout aussi alarmants. Que vous soyez un adepte des mises sur  casino777 ou sur toute autre plateforme, et quel que soit votre passe temps favori, vous devriez vous en méfier.