Sénégal

Wari “délocalisé” à Lomé : Ce que vous devez savoir sur cette affaire !

“Wari a délocalisé son siège à Lomé” beaucoup de journaux sénégalais  avaient repris  cette information publiée par le journal libération  dans son édition du jour. Mais, il se trouve que cette information n’était pas tout à fait claire aux yeux des internautes. C’est pourquoi socialnetlink.org a voulu  creuser encore plus pour vous donner la bonne information .

En vérité après vérification auprès des personnes ressources il ne s’agit pas  d’une délocalisation, mais  d’une structuration organisationnelle de la part de l’entreprise de Kabirou Mbodje.

Cet article vous intéresse  peut être : ” Après le rachat de Tigo par Wari, MTN vise Expresso

En effet renseigne notre source “Wari a installé un siège administratif à Lomé tout en maintenant son siège stratégique à Dakar. Par exemple, le PDG Kabirou Mbodje, l’ensemble de la direction et l’immense majorité des équipes stratégiques et opérationnelles restent à Dakar.”

Pourquoi alors  une telle restructuration. La réponse est simple informe notre source .

Wari veut consolider son développement panafricain et international. Pour cela Lomé représente une place importante comme le rappelle la présence d’acteurs financiers panafricains de référence comme Ecobank ou Oragroup. L’autre raison est que Wari est dans le processus d’acquisition de la banque SIAB au Togo” révèle la même source. qui soutient que cette  réorganisation structurelle fait partie de la vie de toutes les entreprises.

Elle ne remet absolument pas en doute l’ancrage de Wari au Sénégal comme l’atteste le rachat de Tigo, le deuxième opérateur au Sénégal.
Pour rappel, au Sénégal, Wari et Tigo comptent 800 collaborateurs et plus de 18 000 emplois directs via le réseau d’agences et de boutiques de distribution. C’est  dans cette perspective que Kabirou Mbodje a voulu renforcer sa relation avec les médias.

Avez-vous lu cet article : Acquisition De Tigo Par Wari : Les Félicitations Du PM À Kabirou Mbodj

 

Wari et son PDG sont attachés à la liberté de la presse et répondent aux sollicitations des médias, dans la mesure du possible.  Dans le cas de Jeune Afrique par exemple, la justice a donné raison au groupe  Leurs accusations étaient sans fondements. En ce qui concerne le procès-verbal, le PDG de Wari est formel : c’est une Fake news sans fondement et preuve. Il serait prudent de votre part de ne pas reprendre ce type d’informations.”

Comments

comments

Comments
To Top