Le Sénégal dispose de lois suffisantes pour réglementer  le secteur du digital. Selon Mme Ndèye Maïmouna Diop, les normes établies doivent être respectées pour le développement de la technologie  afin que l’impact négatif soit réduit. Ainsi, cela nécessite une bonne maîtrise de la compétence pour veiller sur la sécurité des populations.

Si de plus en plus les jeunes s’intéressent à l’internet des objets, les politiques doivent s’adapter pour améliorer la gouvernance de l’internet qui constitue un avenir riche. Cependant, le continent africain  doit être représenté  dans la gouvernance mondiale de l’internet pour décliner ses ambitions.

La présidente d’ISOC- Sénégal s’est exprimée sur le sujet lors de la 7ème édition du Forum National de la Gouvernance de l’Internet, qui avait pour thème « Développement de l’Internet des Objets au Sénégal : Enjeux et perspectives ».