Œuvrant dans les représentations diplomatiques du Sénégal, les conseillers économiques représentent et défendent le savoir-faire sénégalais partout dans le monde.

Organisés à l’initiative du programme NTF IV, deux webinaires ont récemment attiré leur attention sur le dynamisme croissant du secteur du digital au Sénégal.

Promouvoir l’entrepreneuriat Made in Sénégal

Il aura fallu toute la détermination de multiples acteurs pour organiser ces deux sessions de formation. L’Agence Sénégalaise de la Promotion des Exportation (ASEPEX), la Direction du Commerce Extérieur (DCE), l’Organisation des Professionnels des TIC (OPTIC) mais aussi la Direction des Partenariats et de la Promotion Économique et Culturelle (DPPEC) se sont activement mobilisées aux côtés du programme NTF IV. Grâce à leur implication, une cinquantaine de conseillers économiques sénégalais ont pu être réunis avec succès les 5 et 29 juin derniers. L’enjeu ? Démontrer que le numérique constitue un secteur déterminant dans le développement économique et social du Sénégal.

Amadou Ndiaye, conseiller économique à Pékin, fait part de son enthousiasme : « Avant cette réunion interactive, je n’avais pas pris toute la mesure des excellentes compétences de nos entreprises numériques. À mon échelle, je suis convaincu que nous pouvons faire valoir la capacité d’innovation sénégalaise sur le marché chinois. Notamment sur les segments de l’halieutique, de l’arachide et du sésame. Les start-up sénégalaises spécialisées dans l’agriculture numérique, mais aussi le mobile money, ont une carte à jouer. »

Le secteur des TIC avance à grande vitesse

Chargés de développer l’attractivité des entreprises sénégalaises à l’international et notamment d’attirer des investissements étrangers, les conseillers économiques comprennent désormais mieux l’importance des nouvelles technologies et souhaitent s’emparer du sujet. « J’ai acquis la certitude que l’économie mondiale est désormais régie par les technologies de l’information et de la communication. Et je remarque que sur ce sujet, les start-up sénégalaises gagnent une place de plus en plus significative dans la sous-région ouest africaine », commente Assane Taye, deuxième conseiller en charge des questions économiques à l’ambassade sénégalaise au Mali.

« Je viens de commencer le recensement des start-up maliennes susceptibles de créer un partenariat gagnant-gagnant avec les entreprises sénégalaises. Les entrepreneurs sénégalais ont beaucoup à apporter au marché malien dans les domaines de la finance, de l’énergie, de la santé, de l’éducation et du transport », pressent-il.

Le numérique pour tous et pour tous les usages en 2025

Aminata Ly Diop est à la tête de la Direction des Partenariats et de la Promotion Économique et Culturelle du Sénégal (DPPEC). Pour elle, collaborer avec les conseillers économiques est une étape fondamentale de la stratégie nationale Sénégal Numérique. À l’horizon 2025, cette stratégie espère créer un impact positif sur l’emploi et le développement économique. « En relation avec les parties prenantes publiques, privées et la société civile, nous souhaitons que le Sénégal maintienne sa position de pays leader innovant en Afrique », rappelle Aminata qui a largement contribué à l’organisation des sessions de juin. « Les conseillers économiques sont des relais essentiels sur la scène internationale. Nous attendons d’eux qu’ils facilitent les mises en relation et organisent des missions d’affaires pour les acteurs du secteur numérique sénégalais ». De plus en plus de start-up sénégalaises font parler d’elles. Au cours des webinaires, plusieurs d’entre elles ont été citées en exemple. Le récit de ces success stories raffermit la vision d’un Sénégal connecté et riche de potentialités. Reste à rendre cette vision accessible au plus grand nombre d’entrepreneurs. Conscients que le numérique est un moteur de croissance fondamental au Sénégal, les conseillers économiques ont accueilli très favorablement les deux webinaires de juin. Beaucoup s’emploient déjà à dégager et soumettre de nouvelles opportunités d’affaires pour les start-up de leur pays.

Financé par le Ministère des Affaires Etrangères des Pays Bas, le projet NTF IV Sénégal est un projet d’appui au développement du secteur des technologies de l’information et de l’externalisation des processus métiers. De novembre 2017 à juillet 2021, le projet accompagne 80 entreprises lauréates dans leur développement commercial à l’international. NTF IV Sénégal est exécuté par le Centre du Commerce International (ITC), en collaboration avec l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX) et l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (OPTIC) du Sénégal. À terme, le programme NTF IV devrait contribuer à l’émergence d’un environnement économique favorable aux entreprises sénégalaises actives dans les secteurs TI et BPO.

Source : intracen.org

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet