Cette semaine du dimanche 25 juillet à ce samedi 31 juillet 2021 marque une aggravation de la pandémie par rapport à la semaine de référence du dimanche 18 juillet au samedi 24 juillet 2021.

Les hausses constatées cette semaine sont à la fois les conséquences des contaminations des jours précédents ainsi que des contaminations de la semaine. Les personnes sous traitement passent de 10 417 en fin de la semaine précédente à 13 800 ce samedi soit une hausse relative de 32.47%. Cette hausse est à relier avec la pression réelle sur le système de santé particulièrement à Dakar. Le nombre de cas graves est passé le samedi passé de 56 à 76 ce samedi soit une augmentation relative de 35.71%. Cette hausse soumet à une rude épreuve le dispositif et le personnel de réanimation dans nos hôpitaux. Le cumul du nombre de décès liés au covid19 est passé de 55 la semaine dernière à 84 cette semaine soit une hausse de 52.72%.

Par contre le cumul des cas communautaire entre les deux semaines a peu évolué passant 4885 à 4956 cette semaine soit une légère hausse relative de 1.45%. Cependant il faut noter une hausse sensible des cas communautaires à partir du jeudi 29 juillet 2021, le vendredi et aujourd’hui samedi. Si cette hausse se maintient, il faut s’attendre à un accroissement très important des cas communautaires la semaines prochaine. Les chiffres du communiqué quotidien du Ministère de la Santé et de l’Action social (MSAS) ne sont en réalité, dans des pays comme le nôtre, que la partie immergée de l’iceberg. Plusieurs sources montrent à chacune et à chacun l’ampleur sans précédent de cette poussée de l’épidémie de covid19. Nous notons impuissants le nombre de malades de notre entourage proche et éloigné, la reprise inquiétante des décès communautaires qui touchent non seulement les personnes âgées mais aussi des personnes de plus en plus jeunes, les témoignages des administrateurs des cimetières qui constatent, au quotidien, la très forte croissance inhabituelle du nombre d’enterrement par jour. De plus en plus, les sénégalaises et les sénégalais comprennent que le rhume, la grippe et le paludisme, ressentis en cette période, ne sont, pour une grande proportion, que la manifestation du covid19.

Fort heureusement, ils sont de plus en plus nombreux, ceux et celles qui, lorsqu’ils ressentent ces symptômes, s’isolent et vont se faire tester dans le centre de santé le plus proche.

Il est alors incompréhensible qu’il y ait encore des personnes, abreuvées par les thèses des « complotistes » sur les réseaux sociaux, qui continuent encore à nier l’existence de cette maladie. Désormais le variant Delta est largement majoritaire au Sénégal. Plus de 70% des tests positifs selon Madame Marie Khemes Ndiaye, Directrice générale de la Santé publique. Ce variant est extrêmement contagieux. Sa présence confirmée explique, en grande partie, la croissance très forte des contaminations. Ainsi, la bataille pour arrêter, sur notre territoire national, cette pandémie est-elle encore et toujours d’une actualité pressante. Les wolof disent : « xoddiku ba la ngaa lakk le » (fuir avant que le feu ne t’atteigne) ! Comme nous ne pouvons pas fuir alors prenons notre courage à deux mains et appliquons les mesures qui sauvent :

– aller se faire vacciner ;

– mettre le masque hors de sa maison ;- se laver régulièrement les mains avec le savon ordinaire ou le gel hydro alcoolique ;

– garder la distance d’au moins un mètre avec son interlocuteur ;- éviter les rassemblements ;

– etc.

Prenons notre destin en main, osons affirmer et défendre que le virus du covid19 ne passera pas par nous pour atteindre d’autres personnes innocentes qui n’auront eu que le malheur, en pensant bien faire, de nous côtoyer. Au-delà des incapacités et des incompétences des uns et des autres, choisissons notre combat, le combat individuel, à notre propre niveau, de barrer la route à ce virus du covid19.

La confluence de ces milliers voire de ces millions de ruisseaux solitaires produira ce torrent impétueux qui engloutira cette troisième vague.Unis et engagés, nous vaincrons !

Dakar, le 31 juillet 2021

Mary Teuw Niane

NB : je remercie Dr Massamba Guèye et Umàr Sall pour leurs aides sur l’expression wolof dans le texte.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet