La frénésie mondiale provoquée par la série sud-coréenne, Squid Game a attiré des millions de personnes à s’inscrire sur Netflix en quelques jours.

Après avoir subi un net ralentissement du nombre de ses nouveaux abonnés au premier semestre, Netflix a indiqué mardi soir avoir attiré 4,38 millions d’abonnés supplémentaires sur la période juillet-septembre, pour atteindre un total mondial de 213,6 millions d’abonnés.

Ces chiffres, supérieurs aux attentes de Wall Street (+3,8 millions), ont été salués par une hausse de 2% du cours de Netflix dans les cotations électroniques après la clôture, mais ces gains se sont ensuite évaporés (-0,35%) en raison de perspectives jugées conservatrices.

Pour le trimestre clos fin septembre, le bénéfice par action (bpa) ajusté de Netflix s’est établi à 3,19$ (+83% sur un an !) contre 2,57$ attendu par le consensus FactSet. Son chiffre d’affaires a progressé de 16% sur un an, pour s’établir à 7,5 milliards de dollars, conforme aux attentes de Wall Street.

Le géant de la vidéo en streaming a capitalisé sur le succès mondial de la série sud-coréenne « Squid Game », qui fait par ailleurs polémique en raison de son caractère très violent. Disponible sur Netflix depuis le 17 septembre, « Squid Game » a surpris les dirigeants en devenant la série exclusive la plus visionnée sur la plateforme au cours de son premier mois de programmation, selon la société.

Prévisions conservatrices pour le 4e trimestre

Pour le 4e trimestre en cours, la société a déclaré qu’elle s’attendait à ajouter 8,5 millions d’abonnés payants au cours du 4e trimestre, contre une estimation des analystes de 8,33 millions, selon les données IBES de Refinitiv, à mesure que la plateforme accélère la mise en ligne de nouveaux contenus. Netflix attend un bpa ajusté de 0,8$ au 4e trimestre pour des ventes de 7,71 Mds$, alors que le consensus FactSet s’attendait à mieux, avec un bpa de 1,12$.

Selon le site boursier.com, en 2020, Netflix avait profité de la pandémie de coronavirus, qui avait attiré de nombreux nouveaux abonnés, sur fond de confinements imposés à travers le monde. Cette croissance s’était ensuite nettement essoufflée au premier semestre 2021, alors que les plateformes rivales comme Disney+ (Walt Disney), Apple TV+ et HBO Max d’AT&T ont renforcé leurs offres.

Avec Bouriser