L’ avenir se construit maintenant. Par l’audace, la créativité, l’innovation, la capacité de s’adapter à un contexte caractérisé par des mutations tous azimuts. En un mot, faire preuve de résilience est le facteur déterminant pour tirer son épingle du jeu, dans un monde où les défis, multiples et complexes se posent au quotidien.

Du changement climatique aux pandémies comme la Covid 19, en passant par l’insécurité qui prend une dimension et des formes inquiétantes, ce sont là autant de défis à relever. Il faudrait les intégrer dans l’optique d’une gestion rationnelle et équitable des ressources naturelles, leur disponibilité et leur accessibilité. Cela est possible dans la mesure où ces ressources sont globalement assez suffisantes pour satisfaire les besoins vitaux de toute l’humanité, n’eût été leur accaparement par une infime minorité au détriment de la majorité.Autant de défis face auxquels des initiatives et stratégies sont fort heureusement mises en œuvre, permettant ainsi de garder espoir d’une vie plus convenable, partout et pour tous.

C’est la résilience qui est donc le chemin qu’il faut emprunter, de manière ferme et résolue. Et dans cette dynamique de bonnes pratiques et des actes de rupture paradigmatique sont versés dans le corbeille de l’espoir d’un monde meilleur.Quelques illustrations en témoignent, dont Canal Afrique Economie donne un aperçu. Il en est ainsi des projets innovants de construction d’immeubles écologiques par la société Redman comme ces résidences pour étudiants sans climatisation prévues à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, en collaboration avec la société d’assurance Amsa, dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Dans cette perspective, s’inscrit la construction de campus sociaux d’excellence, au Sénégal, à Diamniadio et à Dakar. Il en est de même dans le secteur de l’économie numérique avec le M.banking, un système permettant de faire ses transactions via son téléphone mobile, facteur de résilience dans le contexte configuré par le coronavirus.Dans cette optique, la résilience est de mise dans le secteur touristique, fortement impacté par la Covid. Comme dans bien d’autres pays, la relance du tourisme constitue une préoccupation majeure. Au Sénégal, parmi les objectifs visés, le développement de nouveaux pôles intégrés et la requalification de sites existants, tâches confiées à l’Agence Sénégalaise de Promotion Touristique (ASPT).

Il convient d’encourager de bonnes pratiques qui s’inscrivent en droite ligne de cette dynamique de résilience, en s’appuyant sur des leviers comme le leadership féminin dont l’ivoirienne Laureen Kouassi-Olsson constitue une référence, à travers des initiatives parmi lesquelles la mise en place en 2021 de Birimiam Venture, une société d’investissement opérationnelle dédiée à l’accompagnement stratégique de marques de luxe et Premium, en s’inspirant du patrimoine culturel et artistique africain.

La voie est donc en train d’être balisée pour plus de résilience. Et cette dynamique requiert une mise à l’échelle des innovations et bonnes pratiques à promouvoir par un dispositif législatif et réglementaire à concevoir et à décliner dans une démarche inclusive et participative à inscrire en priorités par les décideurs. L’enjeu est de taille mais le jeu en vaut la chandelle !