lundi, octobre 3, 2022

Le PNUD va investir 1 milliard $ dans huit écosystèmes numériques d’Afrique

0 commentaire

L’écosystème africain des start-up continue de prospérer malgré les crises économiques actuelles et les problèmes structurels de longue date liés à l’éducation et à la formation, au financement et aux infrastructures.

Le Bureau régional du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a lancé, le mercredi 17 août à Lagos au Nigeria, l’initiative Timbuktoo qui vise à stimuler l’esprit d’entreprise en Afrique et à stimuler la révolution des start-up sur le continent.

Cette initiative, à un milliard de dollars, sera financée par des capitaux publics et privés au cours de la prochaine décennie. Le PNUD Afrique a indiqué dans un communiqué que « L’organisation s’engageait avec un réseau d’acteurs privés et publics à établir huit hubs Timbuktoo à Casablanca, au Caire, à Accra, à Nairobi, au Cap-Vert, à Lagos, à Dakar et à Kigali. Ces hubs devraient être opérationnels en 2023 ».

Annoncée pour la première fois en 2021, l’initiative Timbuktoo a pour vision de galvaniser les start-up africaines dans le domaine des technologies et envisage d’atteindre plus de 1 000 start-up à une échelle significative.

Chaque centre Timbuktoo sera géré de manière privée et se concentrera sur un seul secteur vertical, notamment la fintech, agritech, healthtech, greentech, tradetech et logistique, les Villes intelligentes, la tourismtech. Chaque hub devrait accueillir un « venture builder » (fabrique de start-up) et un fonds de capital-risque.

Depuis sa création, Timbuktoo a réalisé d’importants progrès. Des pods d’innovation universitaires (UniPods) sont en création et devraient être prêts à être utilisés d’ici la fin de 2022 dans des pays à faible revenu tels que le Mali, le Togo, le Bénin, le Malawi, le Lesotho, la Guinée et le Tchad. Le but est d’encourager les étudiants à s’engager dans l’innovation et la réflexion sur la conception. L’objectif final est d’étendre la portée de timbuktoo à 18 pays africains d’ici 2023.

Selon Eleni Gabre-Madhin, responsable de l’innovation pour le PNUD en Afrique, l’initiative Timbuktoo vise « à combler le vide actuel en matière de capital-risque à un stade précoce, et à mieux intégrer les acteurs de l’innovation en Afrique, des universités aux entreprises, en passant par les investisseurs, et va permettre aux jeunes entreprises de saisir l’opportunité du marché africain ».

L’approche de Timbuktoo s’inscrit directement dans plusieurs des 17 objectifs de développement durable (ODD) basés sur la recherche, le développement et la mise en place de solutions africaines proposées par les jeunes Africains.

Samira Njoya/ Wearetech