jeudi, septembre 29, 2022

Les dirigeants de Glencore doivent être tenus responsables du comportement corrompu de la société

0 commentaire

Après que la société énergétique américaine Enron ait fait les gros titres dans le monde entier au début des années 2000 pour des fraudes comptables et d’entreprise, l’attention s’est rapidement portée sur les décideurs à l’origine des actions de la société. Finalement, les dirigeants d’Enron, Kenneth Lay, Jeffrey Skilling et Andrew Fastow, ont été reconnus coupables de délits fédéraux.

C’était la réponse appropriée. Lorsque des entreprises adoptent un comportement illégal, les personnes responsables doivent faire face à des répercussions – et c’est souvent le cas.

Pourquoi, dans ce cas, les dirigeants de la multinationale suisse Glencore Plc, spécialisée dans l’exploitation minière et les matières premières, ont-ils été épargnés par les conséquences de leur responsabilité dans un comportement corrompu qui dure depuis des années ?

En mai, deux des filiales de l’entreprise ont plaidé coupable à plusieurs accusations de manipulation du marché et de corruption dans plusieurs pays, après des enquêtes approfondies menées par le Brésil, le Royaume-Uni et les États-Unis. Un mois plus tard, une filiale de Glencore a plaidé coupable de sept chefs d’accusation de corruption liés à ses opérations pétrolières au Cameroun, au Congo, en Guinée équatoriale, en Côte d’Ivoire, au Nigeria et au Sud-Soudan.

Je suis conscient que plus de 1,5 milliard de dollars de pénalités ont été imposés à Glencore par les États-Unis, le Royaume-Uni et le Brésil – et d’autres pourraient suivre après la fin des enquêtes suisses et néerlandaises. Mais les répercussions ne devraient pas se limiter aux amendes. Aucune entreprise n’a jamais plaidé coupable pour un tel niveau de corruption. Nous trouvons extrêmement troublant que les dirigeants qui ont approuvé et bénéficié de la corruption soient, pour l’instant, indemnes.

La Chambre africaine de l’énergie est convaincue que les dirigeants de Glencore doivent être tenus responsables de leurs actes. Toute autre attitude envoie le message que « la corruption est un mal nécessaire » dans des régions du monde comme l’Afrique. Ce n’est pas vrai. Il est temps de faire comprendre cette réalité aux chefs d’entreprise qui font des affaires ici.

Un comportement effronté

Il est important de noter que les actions de Glencore étaient plus qu’un événement ponctuel. Glencore International A.G. et ses filiales ont soudoyé des fonctionnaires dans sept pays pendant plus de dix ans. En effet, le comportement corrompu était bien ancré dans la culture de l’entreprise. Les pots-de-vin faisaient tout simplement partie de ses dépenses de fonctionnement.

Il est également exaspérant de voir comment Glencore s’est comportée dans les pays africains. En 2015, par exemple, lorsque Glencore a voulu acheter des cargaisons de pétrole au Nigeria, elle a soumis 50 000 dollars par cargaison pour ce qu’elle a décrit comme un « paiement anticipé. »

Le résultat pour Glencore : 124 millions de dollars de bénéfices illicites. Résultat pour le gouvernement, les entreprises et les communautés du Nigeria : des occasions perdues de s’engager dans des partenariats productifs avec des entreprises désireuses de créer des emplois, de soutenir les entreprises locales, de partager des connaissances et de favoriser la croissance économique.

Glencore a également réussi à éviter les conséquences de ses opérations commerciales contraires à l’éthique en Afrique. Dans un cas, après que la société a eu été poursuivie pour rupture de contrat en République démocratique du Congo et condamnée à 16 millions de dollars de dommages et intérêts, Glencore a versé 500 000 dollars au juge, et le procès a « disparu ». Glencore a admis avoir versé 27,5 millions USD de pots-de-vin rien qu’en RDC.

Imaginez que Glencore soit une entreprise africaine…

Le scandale de Glencore ne fait qu’ajouter l’insulte à l’injure, en raison des deux poids deux mesures que nous avons observées. Considérez les politiques de connaissance du client (KYC) et de diligence raisonnable des compagnies pétrolières internationales pour faire des affaires en Afrique. Les représentants des entreprises locales qui osent soudoyer ou donner un pourboire à un policier qui les harcèle dans la rue se voient dire par les IOC qu’ils ne passent pas l’étape de la diligence raisonnable. Ils ne seront jamais engagés pour fournir des biens ou des services.

Je veux être clair : je respecte les entreprises qui font preuve de normes élevées en matière de comportement éthique. Le problème survient lorsque ces normes ne sont pas appliquées uniformément.

Alors que les entreprises africaines sont examinées à la loupe au moindre soupçon de corruption, Glencore continue de faire affaire avec des sociétés pétrolières, gazières et minières qui prétendent être des champions de la transparence. Les banques continuent également à travailler avec Glencore. En dehors de l’attention négative et des répercussions financières, Glencore semble éviter les conséquences sérieuses de ses actions.

Au printemps dernier, j’ai demandé à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), basée à Oslo, d’annuler l’adhésion de Glencore, en faisant remarquer que la participation de la société à l’ITIE a commencé alors que Glencore se livrait au type exact de comportement que l’initiative s’efforce d’éradiquer. Cela ne s’est pas produit. L’ITIE a exprimé son inquiétude quant au comportement de Glencore dans une déclaration de sa présidente du conseil d’administration, la très honorable Helen Clark, mais rien de plus n’a été fait. Leur silence est une trahison envers les principes mêmes qu’ils chérissent.

Examinons les sanctions imposées à Glencore. Elles sont importantes, mais lorsque l’on considère la taille et les ressources de Glencore, il est difficile d’imaginer qu’elles auront un impact significatif. Au contraire : Glencore semble prospérer. Dans un article récent, Proactive Investors Limited, basée au Royaume-Uni, a noté que la valeur des actions de Glencore a augmenté de plus de 50 % au cours de l’année dernière.

« L’une des raisons en est que toutes les fanfaronnades ESG (environnementales, sociales et de gouvernance d’entreprise) concernant la fin de l’utilisation du charbon sont maintenant jetées par la fenêtre par un pays européen après l’autre, et Glencore produit beaucoup de charbon », écrit Proactive.

Et ce n’est qu’une partie du tableau pour Glencore. Comme l’écrit Christopher Helman pour Forbes, « Glencore se trouve dans la position enviable d’être parmi les plus grands négociants d’énergie au monde à une époque de flambée des prix et de pénuries, ainsi que l’un des plus grands mineurs de métaux comme le cuivre, l’aluminium et le cobalt – tous vitaux dans la fabrication de batteries pour les véhicules électriques et autres sources d’énergie alternatives. » En d’autres termes, si les milliards de dollars d’amendes peuvent être un peu douloureux, Glencore ne risque pas de les ressentir sur le long terme.

Les victimes africaines de Glencore ne sont pas aussi à l’abri des balles, mais nous n’avons pas encore entendu parler de les dédommager pour la corruption et les injustices qui ont eu lieu dans leurs pays.

Les Africains, hier comme aujourd’hui, ont besoin d’une bonne gouvernance pour répondre à leurs besoins, développer l’économie, lutter contre la pauvreté énergétique, créer des emplois et des opportunités commerciales, et favoriser la stabilité. Les pots-de-vin sapent tout cela. Actuellement, les pays africains producteurs de pétrole et de gaz se battent pour maintenir leurs industries énergétiques – qui sont capables de soutenir les objectifs énumérés ci-dessus – contre l’énorme pression des écologistes et des pays occidentaux qui veulent voir une transition immédiate vers l’énergie verte sur notre continent. Certes, l’Europe s’est quelque peu détendue en se tournant vers l’Afrique pour l’aider à réduire sa dépendance au pétrole russe, mais cela ne durera pas éternellement.

Les actes de corruption et les manipulations de Glencore ont privé les pays africains d’une partie du temps précieux dont ils ont besoin pour tirer pleinement parti de leurs ressources pétrolières et gazières.

Et les dégâts ne s’arrêtent pas là. Comme je l’ai écrit plus d’une fois, la corruption n’est pas un problème nouveau en Afrique, mais c’est un problème que beaucoup s’efforcent d’éliminer. La corruption prive les gens de justice. Au lieu de donner aux gens les moyens d’améliorer leur vie, elle enferme les communautés dans la pauvreté. Elle est un ingrédient du mécontentement, du manque de confiance dans les dirigeants gouvernementaux, de l’instabilité et même de la violence. Oui, chaque acte de corruption auquel s’est livré Glencore impliquait une autre partie – une personne éloignée devait accepter ses pots-de-vin. Mais l’adhésion totale de l’entreprise aux pots-de-vin et les paiements grotesques qu’elle a versés n’ont fait qu’aider la corruption à mieux s’implanter en Afrique.

Encore une fois, la corruption de Glencore ne concerne pas seulement une entreprise : Tout remonte aux personnes qui mènent la barque.

Donc, oui, enquêter sur Glencore était la bonne décision. Les sanctions financières étaient appropriées. Mais ces mesures ne sont tout simplement pas suffisantes. Glencore devrait subir les mêmes types de répercussions que les entreprises africaines pour une corruption flagrante et continue. Elle ne devrait pas continuer à faire des affaires comme si de rien n’était. Et les dirigeants à l’origine des actions de Glencore ne devraient pas non plus le faire.

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie .