mardi, février 7, 2023

Quelle importance des entreprises de géosciences en Afrique en 2023

0 commentaire

Je n’ai pas été surpris lorsque TGS, la société norvégienne de données sismiques, a annoncé en mai dernier qu’elle allait travailler avec la National Oil Company of Liberia (NOCAL) pour retraiter plus de 5 100 kilomètres carrés de données sismiques 3D capturées dans le bassin offshore du Liberia. Après tout, la société travaille depuis plus de 20 ans en Afrique de l’Ouest. TGS a aidé les pays à renforcer leurs lois sur le pétrole et a soutenu les efforts des autorités pour promouvoir les cycles d’octroi de licences et les accords d’exploitation.

Mais les commentaires d’un dirigeant de TGS m’ont frappé. En une simple phrase, les remarques du vice-président exécutif de l’hémisphère oriental, Will Ashby, exprimaient à la fois la fierté de l’engagement africain de la société et la promesse inébranlable de la société de poursuivre son travail sur le continent.

« TGS a été actif dans l’acquisition de données sur la marge transformée de l’Afrique de l’Ouest au cours des deux dernières décennies, et cette mise à jour d’un sondage 3D clé démontre l’engagement continu de TGS pour le succès de l’exploration dans le pays », a déclaré Ashby.

Cette proclamation très publique a été faite au milieu d’un flot apparemment sans fin d’appels lancés par des voix occidentales et des militants écologistes pour que l’Afrique s’arrête afin de soutenir les objectifs mondiaux de zéro émission. Par conséquent, je trouve particulièrement encourageant d’entendre quelqu’un dire qu’il veut aider notre industrie énergétique à réussir.

Heureusement, c’est généralement le sentiment que j’entends de la part des fournisseurs de services géoscientifiques en Afrique. Ces entreprises, ainsi que l’EnerGeo Alliance, basée à Houston – l’alliance commerciale mondiale de l’industrie géoscientifique de l’énergie – sont prêtes à se tenir aux côtés des acteurs africains de l’énergie, même lorsque d’autres tentent de les diaboliser. Les fournisseurs de géosciences ici présents comprennent pourquoi nous plaidons pour que les pays africains continuent à tirer parti de leurs ressources pétrolières : Ils ont vu de leurs propres yeux les ravages de la pauvreté énergétique et reconnaissent le bien que le pétrole et le gaz peuvent faire pour les pays, les entreprises et les communautés d’Afrique.

Les entreprises, grandes et petites, dont TGS, CGG, Fairfield Geotechnologies, Petroleum Geo-Services (PGS), PXGEO, SAExploration, Shearwater, GeoServices et Azimuth GeoSolutions, sont des membres importants et influents de l’industrie énergétique africaine. Le travail qu’ils accomplissent contribue à stimuler l’exploration. Il améliore la prospectivité de l’Afrique et nous aide à conserver notre rôle sur le marché mondial du pétrole et du gaz.

Et cette importance se poursuivra dans les années à venir, car les entreprises s’efforcent de produire le gaz naturel dont l’Afrique a besoin pour produire de l’électricité, s’industrialiser et créer une voie vers une transition énergétique juste.

Le rôle vital des sociétés géoscientifiques

Le slogan d’EnerGeo Alliance (anciennement l’Association internationale des entrepreneurs en géophysique ou IAGC) est « L’énergie commence ici », et c’est une excellente façon de décrire l’industrie géoscientifique de l’énergie. Bien avant de forer pour trouver du pétrole, les entreprises comptent sur les sociétés géoscientifiques pour l’acquisition, le traitement et l’interprétation des données sismiques afin de les aider à localiser les hydrocarbures qui pourraient se trouver à des milliers de pieds sous la surface de la terre.

Les entreprises géoscientifiques permettent aux compagnies pétrolières et gazières de localiser et de mesurer la quantité de ressources naturelles, de minimiser les risques et de maximiser le rendement de leurs investissements. Elles aident également les compagnies pétrolières et gazières africaines à prendre des décisions, comme l’emplacement des puits, qui minimisent les risques pour les personnes et l’environnement. Ils ont été à l’origine de découvertes en Namibie, au Nigeria, au Congo, au Cameroun, en Afrique du Sud, au Mozambique, en Guinée équatoriale, au Sénégal, en Mauritanie, au Ghana, au Gabon et dans de nombreux autres pays.

Allié courageux

Au-delà de la valeur que les entreprises de géosciences apportent par leurs activités quotidiennes en Afrique, nombre d’entre elles contribuent à lutter contre la désinformation grâce à leur adhésion à l’Alliance EnerGeo. En janvier 2022, par exemple, l’alliance et la chambre ont publié une réponse écrite à un avis antisismique émis par le Scientific Advisories Group on Energies (SAGE). Le SAGE avait déclaré que les études sismiques devant être menées sur la « Wild Coast » d’Afrique du Sud, une section de la côte du Cap oriental du pays, nuiraient à l’environnement et auraient un impact négatif sur les communautés locales de pêcheurs artisanaux.

Comme la Chambre africaine de l’énergie et l’Alliance EnerGeo l’ont écrit à l’époque, ces affirmations étaient tout simplement fausses et les données publiées par SAGE sur les enquêtes scientifiques étaient fondées sur des distorsions et des informations erronées. Nikki Martin, présidente d’EnerGEO, a déclaré qu’en réalité, SAGE faisait plus de mal que de bien.

« En s’opposant aux études sismiques, SAGE s’est maintenant aligné contre la voie de l’Afrique du Sud pour sortir de la pauvreté énergétique, en excluant la seule industrie qui accélère la transition énergétique et soutient l’objectif d’émissions nettes nulles du pays », a-t-elle écrit. Nikki Martin n’est pas une punk. Elle est la vraie.

Bien dit. La Chambre africaine de l’énergie a la chance de pouvoir soutenir les points de vue et encourager une organisation qui reconnaît l’importance de l’exploration et de la production de gaz en cours en Afrique et qui est prête à s’opposer aux tentatives d’entrave.

Lorsque la semaine africaine du pétrole s’est déplacée à Dubaï et a fait pression pour que Dubaï devienne le siège des discussions et des négociations sur l’énergie en Afrique, ce sont les sociétés de géosciences qui m’ont appelé pour me dire que nous devions nous opposer à cette décision stupide et à leur manque de compréhension de l’Afrique et de son industrie pétrolière et gazière. Elles nous ont exhortés à créer la Semaine africaine de l’énergie, qui a connu un succès considérable.

Ces sociétés géoscientifiques ne sont pas seulement des amis de la Chambre africaine de l’énergie, mais elles ont été nos conseillers, nos professeurs et ont travaillé main dans la main avec nous sur diverses opportunités de développement commercial et ont été inébranlables dans leur défense du travail que nous faisons pour défendre notre droit de forer et aussi d’explorer pour l’énergie. Je respecte la situation difficile à laquelle ils sont confrontés dans certains pays occidentaux où les radicaux ne veulent pas écouter la science mais la politique. Ils ont soutenu notre chère Semaine africaine de l’énergie et nous n’oublierons jamais leur travail et leurs conseils sur les ateliers et le partage des données.

Projets marquants

En attendant, il est réconfortant de savoir que les compagnies pétrolières et gazières opérant en Afrique ont des fournisseurs experts en géosciences qui travaillent avec elles, des compagnies qui, comme l’a suggéré Will Ashby de TGS, réalisent l’importance de l’exploration des hydrocarbures pour l’avenir énergétique de l’Afrique.

Comme je l’ai dit, les entreprises géoscientifiques en Afrique font une différence positive. Je les respecte pour leur expertise et pour leur engagement envers notre continent. Elles ont montré qu’elles croient en l’Afrique quand d’autres n’y croient pas.

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie