La mise au point d’un prototype de respirateur pour les malades de la COVID-19 est née lors d’une discussion autour d’un café au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, rapporte l’Agence spatiale américaine*.

L’ingénieur en systèmes mécaniques David Van Buren et l’ingénieur en chef Rob Manning ont commencé à discuter de la pandémie de COVID-19 et de ce qu’ils pourraient faire pour aider les malades alors qu’ils faisaient la queue pour s’acheter un café, le 11 mars, juste avant que le laboratoire ne mette en place des mesures de télétravail, le 17 mars.

« Je suis retourné à mon bureau après ma discussion avec Rob et la question continuait de me titiller. (…) Nous avons des compétences et des capacités incroyables ici. Que pouvons-nous faire pour réduire la pénurie de respirateurs qui pourrait se produire ? », s’est demandé M. Van Buren.

Un petit groupe de personnes travaillant sur des machines dans un laboratoire (NASA/JPL-Caltech)
Des ingénieurs travaillent sur un prototype de respirateur au JPL, à Pasadena, en Californie. (NASA/JPL-Caltech)

Seulement 37 jours plus tard, une équipe de 50 membres, quelques-uns travaillant au laboratoire, mais la plupart chez eux, avait conçu, fabriqué et testé VITAL, un appareil d’assistance respiratoire qui pourrait aider les malades de la COVID-19 gravement atteints et renflouer les stocks en respirateurs traditionnels des hôpitaux, indique la NASA.

Le prototype VITAL a obtenu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) et, après avoir reçu plus de 100 propositions, JPL a sélectionné huit entreprises américaines* pour fabriquer les nouveaux respirateurs.

Pour l’heure, les États-Unis disposent d’assez de respirateurs pour subvenir aux besoins des malades dans les hôpitaux du pays ; ils sont donc en mesure d’en envoyer à l’étranger.

Des médecins posant à côté de matériel médical et d’un mannequin sur un lit d’hôpital (Icahn School of Medicine/NASA/JPL-Caltech)

Avec share.america.gov

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet