D’ici 2030, le gisement des Déchets Equipements Électriques et Électroniques sera multiplié par 2,5. Il passera ainsi de 17 000 à 43 000 Tonnes, toutes catégories confondues.

Dès lors, le recyclage est une alternative pour réduire les déchets produits, ainsi qu’une option économiquement viable dans la production de nouveaux biens.

L’annonce a été faite par Romain BRILLIE, représentant résident de l’Institut Mondial pour la Croissance Verte lors de l’ouverture de la session de formation sur la Gestion et les techniques de démantèlement des déchets d’équipements électriques et électroniques.

Si la gestion de ces déchets, en partie dangereux, n’est pas rationalisée, leur impact non négligeable sur l’environnement pourrait constituer un danger mondial.

Selon le représentant résident GGGI,  » pour atteindre les résultats positives, il faut imaginer des méthodes de recyclages et des valorisations de ces déchets » afin de participer à l’aide au développement avec la mise en place de centre de démantèlements performants. Dans ce sens, le secteur informel doit être inclus dans le travail pour adopter les bonnes pratiques à la fois en matière de santé et de travail.

Lire aussi: Tivaouane: GGGI lance le projet « Gestion durable des eaux usées »

En attendant l’élargissent et l’implantation de centre de démantèlements dans les autres zones du territoire national, le travail se poursuit dans la ville de Dakar. Espérant ainsi, qu’un jour les déchets électriques et électroniques ne seront plus dans le décor des abords de la région pour une bonne santé des habitants.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet