Le «Sénégal Numérique 2025 », projet phare du Gouvernement du Sénégal, sera revu de fond en comble dans les jours à venir. La révélation a été faite par le Président Macky Sall lors du dernier conseil des ministres. Le chef de l’Etat annonçant un conseil présidentiel sur la question, veut en quelque sorte, auditer cette stratégie dont les réalisations restent encore à désirer.

Constitué de trois prérequis et quatre axes prioritaires articulés autour du slogan « le numérique pour tous et pour tous les usages en 2025 au Sénégal avec un secteur privé dynamique et innovant dans un écosystème performant » , le grand Projet «Senegal Numérique » n’a pas connu une accélération comme le souhaitait le chef de l’Etat.

En effet, la stratégie a connu quelques retards en plus de la situation actuelle du pays frappée par la pandémie COVID19. Cependant, des prérequis du document stratégique ont connu quelques avancées. C’est le cas par exemple du renforcement du capital humain à travers la formation en TIC, l’entrepreneuriat numérique, la confiance numérique, la promotion d’une industrie du numérique innovante et créatrice de valeur.

Le Sénégal est en voie d’atteindre les objectifs fixés pour faire de la culture du numérique un acquis inclusif dès les premières classes jusqu’au niveau supérieur de formation.

Les réformes et projets concernant le Cadre juridique et institutionnel ont été réalisés à presque 40%. Si certaines initiatives comme la création du Conseil national du Numérique ( CNN), l’ élaboration de la lettre de politique sectorielle, l’actualisation du Code des Télécommunications et des textes sur la société de l’information, accès ouvert et abordable aux réseaux et services numériques sont sur la bonne voie, la mise en exécution reste le principal problème.

Ce qui n’est pas le cas pour l’administration sénégalaise. Ce secteur a connu un succès. Presque toutes les réformes ont été exécutées à 80% avec notamment le soutien de l’ADIE qui a réalisé plusieurs initiatives de reformes pour l’administration.

L’ambition du Sénégal est donc de passer à «une économie « cashless » à travers le basculement, à l’horizon 2025, de 50% des paiements de redevances dues à l’Etat par voie numérique. Ce qui aura pour effet principal une augmentation des recettes de l’Etat du fait de la facilitation apportée aux contribuables.»