mercredi, juillet 6, 2022

De la Télé à l’entrepreneuriat, le parcours inspirant de Aminata Gueye alias Mya Gueye

0 commentaire

Aminata Gueye que beaucoup reconnaitront sous le pseudonyme de Mya Gueye est une femme qui a connu un parcours inspirant et pour le moins atypique.

Avec son projet Digitontine, elle a voulu régler à sa manière, le problème de financement dont souffre la plupart des entrepreneurs sénégalais. Mais cette mission très ambitieuse s’est avérée quelque peu rocailleuse. Retour sur cette aventure d’entrepreneure qui n’a pas été de tout repos.

Une carrière d’entrepreneure promettante

C’est dans l’émission matinale Kenkelibaa sur la RTS1 en tant qu’animatrice dans la rubrique mode, beauté et bien être que Mya atteignit le point culminant de sa notoriété ; même si sa carrière professionnelle n’a vraiment débuté qu’à la radio. Une carrière longue de 9 ans prit fin pour laisser place à une autre plus autonome. Le chapitre Médias clos, l’ancienne animatrice est prête à subir une reconversion professionnelle en s’orientant entièrement vers l’entreprenariat.

Le chemin fut long mais elle a pu résister à la vague noire qui ravage souvent les entrepreneurs désespérés. Elle démarre sa première expérience en 2013 avec Mya Studio où elle fait profiter au plus grand nombre ses talents en conseillère en image toujours dans le domaine de la mode, de la beauté et du bien-être. Elle atterrit 4 ans plus tard dans la gastronomie avec Fine Bouche, un service de petits déjeuners à base de produits locaux qui a connu un succès fou. Cependant, Mya est contrainte de fermer boutique pour se consacrer pleinement au « projet le plus important » de sa vie : sa grossesse, puis la venue au monde de sa « princesse » comme elle aime si bien l’appeler.

Une plateforme de tontine digitale

En wolof, on a coutume à dire Xar dawul dafa wuti doole, qui signifie « Le bélier ne recule que pour chercher à multiplier ses forces ». C’est ainsi qu’aujourd’hui, Mya revient en force avec un business d’une envergure et d’une originalité sans égales. «Digitontine est née grâce à la suggestion d’un très bon ami à moi et j’ajouterai qu’elle est née d’un besoin urgent. Il y a 2 ans, je voulais relancer mes businesses et il me fallait une rentrée d’argent rapide et licite. La banque n’étant pas forcément une bonne option à cause des longues procédures souvent compliquées, je me suis confiée à un très bon ami à moi de mon souci qui à son tour, me suggère comme solution, de créer un groupe de tontine dont je serai la première à décrocher la cagnotte. L’idée germa dans ma tête et je suivis son conseil en contactant quelques personnes que je connaissais, susceptibles d’être intéressées par la tontine. », se rappelle-t-elle.

Depuis lors, Mya poursuit son ascension « Par chance, J’obtins des réponses positives et le groupe fut lancé, la tontine s’était déroulée sans heurts et s’est révélée être une excellente solution à mon problème financier. Je me suis dit : pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Pourquoi ne pas en faire bénéficier les autres de la même manière que j’en ai bénéficié et en faire un business ?».

Ainsicommença l’histoire de Digitontine qui est une digitalisation de la tontine, une forme traditionnelle de financement participatif accessible à tous.

Une concrétisation secouée

Un temps sombre, Mya l’a bien vécu durant son parcours d’entrepreneure. Son expérience a fait face à une série de difficultés et de dégringolades. C’est ce passage assez compliqué qui a forcé sa détermination car dit-on « ce qui ne tue pas, rend plus fort. ». L’ancienne animatrice a partagé ces instants peu agréables avec nous en ces mots : « Dès que j’ai commencé à en parler autour de moi et que j’ai lancé les appels à contribution, les groupes se sont rapidement enchaînés. L’expérience ne fut pas sans embûches, j’ai eu mon lot de péripéties comme cela arrive souvent dans le monde de l’entreprenariat. J’ai été notamment victime d’arnaque, de désertion et de litige, mais j’ai tenu bon, forte de mes résolutions et surtout je suis retombée sur mes jambes pour rebondir de plus bel » dit- elle avec confiance et fierté. En fin 2021, Digitontine a ouvert ses bureaux à Liberté 6, recruté son personnel, signé plusieurs partenariats et depuis lors, la famille ne cesse de grandir.

Accompagner les entrepreneurs dans leurs projets

Le financement et l’accompagnement sont les sacerdoces de Aminata Gueye qui a su numériser et moderniser la tontine qui reste une solution financière ancrée dans nos traditions sociétales, basée sur l’entraide et la solidarité. La fondatrice de Digitontine, de par son expérience, reste persuadée que le financement participatif est un excellent moyen pour les entrepreneurs de concrétiser leurs projets de business. Elle nous explique que les retours des adhérents sont pour la plupart des remerciements et le feedback est très positif. Si les uns ont trouvé en Digitontine un moyen d’épargne très efficace pour mieux se préparer et anticiper les évènements annuels qui nécessitent un budget substantiel, d’autres ont pu démarrer leur entreprise tout simplement.

Digitontine va bientôt disposer d’une application mobile avec toutes les fonctionnalités pouvant faciliter l’adhésion des entrepreneurs. Les offres varient de 300.000Fcfa à 5.000.000Fcfa avec les formules Business Cash, Entrepren’Or et Levées de Fonds. Les offres ont été élaborées de façon très diversifiée, de telle sorte que chacun puisse adhérer au groupe qui correspond à son budget.

Pour mieux vulgariser son concept et aider le maximum d’entrepreneurs, Digitontine a mis en place le réseau Start and Up afin d’offrir une meilleure visibilité à ces derniers. En parallèle des collaborations avec plusieurs institutions ont vu le jour. Certains partenariats son déjà en cours tandis que d’autres sont toujours en négociation afin d’apporter une solution pérenne aux personnes qui souhaitent se lancer dans le monde de l’entreprenariat mais dont le financement fait défaut.