jeudi, juillet 7, 2022

Cheikh Fall, Africtivistes : «Macky Sall est passé à côté de certaines exigences»

0 commentaire

Cheikh Fall, président de la Ligue Africaine des Blogueurs et Web activistes pour la Démocratie (Africtivistes) a commenté la politique de jeunesse du président Macky Sall. L’activiste, dans un entretien avec le site seneweb, pense que le chef de l’Etat est passé à coté de certaines exigences.

«Ce qui est arrivé avec Macky Sall en mars dernier, c’est une preuve qu’il est passé à côté de certaines exigences qui n’ont rien à voir avec la construction d’un aéroport, d’une autoroute ou d’un stade. C’est fort regrettable qu’une telle situation se produise au point d’occasionner la mort de 14 jeunes Sénégalais pour qu’enfin le Président de la République pense à mettre en place des nouvelles initiatives orientées “Politique jeunesse”. Il a fallu qu’il soit à son deuxième et dernier mandat pour lancer Xëyu Ndaw yí. Un simple discours d’annonce d’un réajustement de la politique de jeunesse ou de réallocation de fonds supplémentaires pour l’entrepreneuriat ne constitue pas la véritable réponse à ce malaise » a expliqué Cheikh Fall dans un long entretien.

Selon le blogueur, Macky Sall a complètement raté sa «politique jeunesse.»Parce que «comprendre cette crise, c’est l’aborder hors de la bulle institutionnelle et sans oeillères partisanes du gain politique. Les jeunes qui sont sortis manifester n’ont pas eu besoin d’un leader, ni d’un mouvement encore moins de l’opposition politique. Ceux qui sont sortis manifester ne sont pas tous des chômeurs ou des jeunes en quête de travail. Les internautes sénégalais qui ont porté #FreeSenegal ne sont pas tous des demandeurs d’emploi. Ceux qui ont jeté des pierres à l’Université ne sont pas que des politiques. La réponse est donc ailleurs et pas que sur Xëyu Ndaw yí. »

Abordant le dernier projet du chef de l’Etat dénommé Jokko aK Macky, le patron de Africtivistes se désole que cela soit pensé tardivement.


«Quant à l’initiative Jokko Ak Macky, je la salue et félicite les initiateurs car toute démarche des autorités visant à briser la glace, à créer des ponts et à instaurer des dynamiques d’écoute, de partage et de co-construction sont salutaires. Cependant, l’organiser en presque fin de mandat me pousse à me poser des questions. J’espère que le format se fait sans filtre et que les jeunes qui sont conviés à cette activité ne le sont pas parce qu’ils seraient du même bord politique et que les conclusions de ces échanges vont aider les acteurs politiques à être plus à l’écoute de la population pour mieux comprendre leurs demandes» ajoute-il.

Cheikh Fall de préciser que : Écouter sa jeunesse ne correspond pas à la traiter « d’oisif errant » ou de « mafia kacc kacc ». Les jeunes sont dans leur rôle de critiquer les actions du pouvoir public”